ShareThis

Accord de recherche historique Qualcomm-EURECOM sur la 5G!

Quand on connait l'omniprésence mondiale de Qualcomm dans les technologies de la téléphonie mobile et les formidables enjeux économiques de la 5G, on comprend que le partenariat annoncé aujourd'hui entre le géant américain avec l'école d'ingénieurs sophipolitaine EURECOM, l'Institut Mines-Télécom (IMT) et France Brevets est un accord historique. Il vise à favoriser la recherche dans le domaine des nouvelles technologies pour les futures normes 5G et met Sophia Antipolis en pointe.

C'est un accord historique qui a été annoncé aujourd'hui à Paris. Qualcomm, le géant américain des technologies mobiles, a signé un partenariat avec EURECOM, l'école d'ingénieurs du numérique de Sophia Antipolis, l'Institut Mines-Télécom (IMT) et France Brevets pour soutenir la recherche technologique autour des futures normes de la 5G. Suite à la signature de cet accord, qui court sur 5 ans, une grande conférence commune autour de la 5G aura lieu à Paris les 26 et 27 mars 2019. (Photo DR : les locaux d'EURECOM dans le Campus SophiaTech de la technopole).

Cette conférence apportera un éclairage unique sur la technologie 5G, l’évolution des normes 5G et les projets de commercialisation de la 5G. Les participants écouteront une large palette d’experts industriels et technologiques de Qualcomm et des chercheurs d’EURECOM, ainsi que des experts de l’IMT et France Brevets en matière de politique de propriété intellectuelle, qui prendront tous la parole au sujet des dernières innovations dans le domaine de la 5G. 

"La 5G a le potentiel d'être l'un des plus grands tremplins d'innovation et de croissance économique de l'histoire de la technologie"

Suivant le partenariat signé, Qualcomm apportera un soutien financier et son expertise en matière de standardisation à EURECOM et à son partenaire, l'Institut Mines-Télécom (IMT), pour soutenir la recherche sur les communications sans fil, tandis que France Brevets appuiera cette initiative grâce à son savoir-faire en matière de stratégie de propriété intellectuelle. "La 5G a le potentiel d'être l'un des plus grands tremplins d'innovation et de croissance économique de l'histoire de la technologie", déclare Alex Rogers, Vice-Président Exécutif et Président, Qualcomm Technology Licensing. "Cet accord avec EURECOM et France Brevets pour soutenir la recherche fondamentale en matière de 5G en Europe a pour but de développer les nombreuses possibilités liées à la technologie 5G en Europe et au-delà."

"En tant qu'établissement d'enseignement et de recherche de premier plan, EURECOM a fait ses preuves dans la recherche fondamentale pour les innovations technologiques sans fil. Nous sommes particulièrement intéressés à l’idée de cibler nos recherches vers les domaines clés de la 5G tels que le codage canal à très longue portée, le traitement multi-antennes et la signalisation V2X automatique" commente le professeur David Gesbert, Directeur des systèmes de communication, EURECOM, très impliqué dans cet accord.

"EURECOM développera une activité de standardisation"

"Le soutien de Qualcomm sera d’une grande aide pour accélérer le développement de la prochaine génération de technologies sans fil. Grâce à la collaboration de Qualcomm et France Brevets, EURECOM développera une activité de standardisation visant à tirer parti de son expertise dans la conception de systèmes 5G en contribuant activement au projet 3GPP ", ajoute Raymond Knopp, professeur à EURECOM et président de l'OpenAir Software Alliance [OSA].

Quant à l'Institut Mines-Télécom, il "soutiendra une partie des activités de propriété intellectuelle générées par cette collaboration au service de la recherche. L’IMT est fortement engagé pour les standards et les technologies liées à la 5G. C'est une belle opportunité pour nous de renforcer notre positionnement dans l'écosystème de la 5G et de développer une relation forte avec l'un des acteurs les plus influents du marché" complète Christian Picory-Donné, Responsable du projet "TechTransfer and Partnerships", IMT.

"Cet accord est innovant dans la mesure où il permet aux instituts de recherche publics et aux PME de participer au processus de standardisation autour de la 5G en France", ajoute Yann Dietrich, Directeur de la stratégie chez France Brevets. L'accord prévoit également la création d'un événement annuel pour les chercheurs français dont le but est de les renseigner sur le projet 3GPP, leur rôle qu’ils peuvent y jouer et la promotion de leurs technologies au sein des prochaines normes 5G.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011