ShareThis

Aménagement : Sophia 2030 change de braquet!

En décidant de lancer une nouvelle DUP (Déclaration d'Utilité Publique) englobant les zones des Clausonnes et du Fugueiret et intégrant le dossier de la ligne nouvelle, la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis engage le grand tournant de Sophia 2030. Il ouvre sur un projet global reliant le centre commercial OpenSky (photo ci-dessous), la Cité du savoir, le Business Pôle 2, l'implantation du siège de la CASA, la construction de logements, le bus-tram et la ligne ferroviaire avec gare TGV à Sophia. Une nouvelle dimension.

C'est un tournant déterminant pour l'avenir de Sophia Antipolis qui vient d'être pris par le Conseil communautaire de la CASA (Communauté d'agglomération Sophia Antipolis) du lundi 26 juin. Un tournant qui concerne et relie les grands aménagements structurants de la technopole pour les dix à douze prochaines années : la ZAC des Clausonnes avec son ambitieux projet OpenSky (photo ci-dessus), la toute proche ZAC du Fugueiret en cours de création avec les projets de Cité du savoir, de Business Pole 2 et d'implantation du siège de la CASA, ainsi que la construction de logements, la mise en service du bus-tram auxquels s'ajoute désormais la nouvelle ligne ferroviaire avec sa gare TGV.

Une nouvelle donne liée à l'implantation de la future gare TGV

C'est une nouvelle approche qui ressort en effet de la décision du conseil communautaire d'élargir le périmètre de DUP (Déclaration d'Utilité Publique) pour englober ainsi dans une même opération beaucoup plus large l'ensemble de ces projets afin d'y apporter une cohérence. Cette décision, du même coup, vient reporter de deux ou trois ans la réalisation du grand centre commercial et d'affaires OpenSky (plus de 100.000 m2) qui avait suscité une vive opposition en raison des problèmes d'accès et de circulation qu'il allait inévitablement poser dans une technopole déjà largement saturée aux heures de pointe.

Cette nouvelle donne pour l'aménagement de Sophia Antipolis est récente. Elle est liée à l'implantation de la nouvelle gare SNCF qui doit accompagner la création de la nouvelle ligne ferroviaire à l'horizon 2030. Un dossier qui, là également, a levé bien des passions l'an dernier. Initialement, cette gare était prévue aux Bréguières, sur la commune de Mougins. Mais Mougins, après avoir proposé cet emplacement s'y était opposé. Il avait été alors envisagé d'autres sites qui eux aussi avaient provoqué la polémique : Biot était parti vent debout contre le site du Fugueiret en raison de l'impact qu'aurait eu sur le village un passage en viaduc; Valbonne ne voulait surtout pas d'une implantation aux Bouillides qui aurait sacrifié l'environnement tandis que l'hypothèse de la Valmasque, un parc naturel, ne pouvait être envisagée.

La future gare TGV en liaison avec OpenSky

De quoi s'interroger aussi sur la viabilité du projet OpenSky qui avait obtenu son permis de construire et qui depuis, ayant purgé les recours, pouvait engager la phase concrète de travaux. En clair, on acceptait un projet de centre commercial qui allait ajouter des flux de circulation importants mais on rendait impossible un accès par train qui aurait permis de compenser en d'augmentant fortement la capacité d'accès au cœur de la technopole. Incohérent. D'où la recherche d'une solution pour la gare, recherche qui s'est orientée vers une implantation aux Clausonnes.

En mai dernier, ainsi, le préfet des Alpes-Maritimes a informé la CASA et la ville de Valbonne d'une nouvelle option dans la poursuite des études sur la ligne ferroviaire : la priorité était donnée à l'implantation d'une gare dans le secteur des Clausonnes. En raison de l'altimétrie, cette solution ne prévoyait pas de passage aérien comme celui envisagé pour le Fugueiret proche et tout pouvait se faire en souterrain. C'était aussi l'opportunité d'articuler le service TER avec le BHNS en cours de réalisation entre Antibes et Sophia Antipolis et de mettre en liaison l'implantation d'une gare dans ce secteur avec l'opération OpenSky.

Mais cette donne vient modifier les projets structurants de développement de la technopole des secteurs des Clausonnes et du Fugueiret, prévus et validés par l’Etat, la CASA et le SYMISA dans le cadre de l’étude SOPHIA 2030. Aussi, comme l'indiquait le préfet, cela induit la mise en œuvre d'une nouvelle DUP. C'est ce qui a fait l'objet de la délibération de lundi. Une décision qui, du même coup, suspend la mise en œuvre de la ZAC des Clausonnes ainsi que les études de la future ZAC du Fugueiret.

Un projet global qui change d'échelle financière

L'avantage, c'est que l'ensemble des projets ne seront désormais plus étudiés séparément mais mis en cohérence avec un phasage dans le temps à partir d'aujourd'hui jusqu'à 2030, date de la mise en œuvre (si le projet est finalisé et les délais tenus) de la boucle ferroviaire reliant Nice à Cannes via Sophia. Désormais liés à la ligne ferroviaire, les projets sophipolitains changent aussi d'échelle financière. A l'OpenSky qui représente un investissement de l'ordre de 300 millions d'euros vient s'ajouter la ligne SNCF, avec un budget de l'ordre d'un milliard d'euros, gare LGV Sophia comprise.

Autre changement qui suit cette nouvelle ambition : le conseil communautaire a décidé de solliciter le portage par l'Etat (et non par SNCF Réseau) pour bien garantir la mise en œuvre de ses composantes tandis que seront réunis l'ensemble des acteurs concerné par un projet désormais global : Etat, SNCF Réseau, Région, Département, Agglo, opérateurs privés ou publics. Un nouveau chantier de taille qui s'ouvre aujourd'hui pour Sophia 2030.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011