ShareThis

Cannes 2019 : une Palme d’Or méritée pour Bong Joon Ho

La Palme d’Or du 72ème Festival de Cannes a été attribuée au film de Bong Joon Ho « Parasite ». Une récompense méritée pour le réalisateur coréen dont la comédie sociale relatant les tribulations d’une famille au chômage, qui cherche à se faire une place au service d’un couple très aisé, est une franche réussite.

Présidé par Alejandro González Iňárritu, le jury du 72ème Festival de Cannes a décerné la Palme d'Or à Parasite, un film de Bong Joon Ho. Une palme accueillie triomphalement par le public du Palais des Festivals. Un drôle de revirement pour le réalisateur coréen qui, il y a deux ans, avait été victime d'une cabale dans cette même salle car son film "Okja", sélectionné par le Festival, avait été produit par Netflix. Pour tourner Parasite, Bong Joon Ho est retourné en Corée pour se confronter à une réalité bien présente dans son pays, mais ayant une portée universelle.

Le film relate l'histoire d'une famille modeste vivant dans un logement sordide en sous-sol. Après avoir essuyé plusieurs échecs professionnels, le père est au chômage et n’aspire plus qu’à pouvoir manger à sa faim et à vivre comme une personne normale. Ancienne championne de lancer du marteau, la mère projette une image forte et déterminée. Malgré de fréquents affrontements conjugaux, sa relation avec son mari reste saine. Bien qu’assez douée, la fille a raté son entrée dans une école d’art et n’a pas l’argent pour se payer des cours préparatoires.

Le fils a lui aussi échoué à plusieurs reprises à l’examen d’entrée à l’université. Un jour, grâce à une recommandation d’un de ses amis ainsi qu’à un faux diplôme trafiqué par sa sœur, il parvient à décrocher un emploi pour donner des cours particuliers à la fille d’une famille aisée habitant dans une splendide demeure construite par un architecte réputé. Une fois dans la place, il va tenter, avec leur complicité, de faire embaucher les autres membres de la famille. Pour parvenir à leurs fins, ces derniers ne seront pas trop regardant sur les moyens employés, ce qui les entraînera dans un engrenage incontrôlable.

Un film plein d’humour, qui incite à la réflexion

Cette comédie sociale est une franche réussite. Même s’ils franchissent souvent la ligne jaune, Bong Joon Ho retrace avec empathie les faits et gestes de ces Affreux, Sales et Méchants guidés par la volonté farouche de s’en sortir. Le film est alerte, plein d’humour et riche en rebondissements qui tiennent le spectateur en haleine. Il a également le mérite d’inciter à la réflexion sur les grandes inégalités sociales qui traversent la société coréenne, mais que l’on retrouve aussi dans de nombreux pays capitalistes où se sont souvent formées des castes invisibles à l’œil nu.

Parasite est incontestablement la bonne surprise de ce Festival 2019 dont la sélection était d’un excellent niveau d’ensemble. Même si l’on peut regretter que Pedro Almodovar soit encore passé à côté de la distinction suprême, la Palme d’Or attribuée à Bong Joon Ho est totalement méritée et parvient même à faire oublier d’autres choix beaucoup plus discutables du jury.

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011