ShareThis

Cannes : la Palme d'or à "The Tree of Life" de Terrence Malick

Dans une sélection 2011 qualifiée d'excellente, l'Américain Terrence Malick, favori de la Compétition, consacré par la Palme d'or pour "The Tree of Life". Les prix d'interprétation reviennent à l'Américaine Kirsten Dunst (Melancholia) et au Français Jean Dujardin (The Artist). Un Prix du Jury pour la Française Maïwenn (Polisse). Voir les photos et vidéos de la cérémonie sur le site officiel Festival-cannes.com.

Rideau sur le 64ème Festival de Cannes avec hier soir la remise de la Palme d'or et des différents prix "officiels". La cérémonie a débuté dans l'amphi Lumière du Palais des Festivals par une "standing ovation" au président du jury Robert De Niro. Pour le palmarès, commençons par la fin, la Palme d'or : elle a été attribuée à Terrence Malick pour "The Tree of Life", une "odyssée de l'espèce" (par référence à l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick souvent citée en comparaison) qui faisait partie des grands favoris de cette édition. Au palmarès également, avec un "Grand prix ex-aequo", les frères Dardenne avec "Le Gamin au Vélo", prix qu'ils partagent donc avec le Turc Nuri Bilge Ceylan pour "Il était une fois en Anatolie"

L'Américaine Kirsten Dunst remporte le Prix d'interprétation masculine pour Melancholia de Lars von Trier (sans son "dérapage" sur Hitler le réalisateur danois aurait pu gagner sans doute une nouvelle consécration). Inscrit en compétition quelques jours avant le clap d'ouverture, The Artist de Michel Hazanavicius, film muet, vaut un Prix d'interprétation masculine au Français Jean Dujardin. A l'heure des remerciements sur le grand plateau de la remise des prix, celui qui s'est illustré aussi sous la peau d'OSS 117 sera relativement bref et conclura que cela ne lui réussit pas mal de se taire…

Le Prix de la mise de scène revient lui à Drive du Danois Nicolas Winding Refn. Au palmarès également l'Israélien Joseph Cedar pour Footnote (Hearat shulayim) qui part avec le Prix du scénario. Prix du jury avec Polisse, la réalisatrice Française Maïwenn pourrait aussi prétendre au prix du lauréat le plus ému. A l'énoncé de son nom, elle a couru talon aiguille en avant sur la scène, serré la main de chaque membre du jury et c'est au bord des larmes qu'elle a aligné une longue liste de remerciements.

La Caméra d'or qui vient récompenser une première œuvre dans l'ensemble des sélections du festival est revenue à Las acacias de l'Argentin Pablo Giorgelli (Semaine de la critique). Côté court métrage, de l'Ukrainienne Maryna Vroda remporte la Palme d'or pour Cross et le Belge Wannes Destoop le Prix du jury pour Maillot de bain 46. Comme le disait en préambule Mélanie Laurent, la charmante maîtresse de cérémonie, neuf lauréats dont la vie ne sera plus tout à fait la même après ce 64ème Festival de Cannes.

Dans une cuvée 2011 que l'ensemble des médias a qualifiée de particulièrement excellente, des regrets se sont exprimés pour le fait qu'aucun prix n'ait récompensé "Le Havre" du Finlandais Aki Kaurismaki, Pater d'Alain Cavalier, l’Apollonide du Niçois Bertrand Bonello ou encore l'actrice Tilda Swinton remarquée dans We Need To Talk About Kevin de Lynne Ramsay. "Tout sent un peu la négociation entre la cinéphilie hard-core représentée dans le jury par Olivier Assayas, le politiquement correct, et la forte fragrance anglo-saxonne du jury", estime Libé. L'inévitable "injustice" cannoise…

Des images, des vidéos, des interviews, bref le Festival à vivre ou revivre et toute la magie du cinéma sur le site officiel : http://www.festival-cannes.com/fr.html


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011