ShareThis

Cannes : une charte pour réconcilier croisières et environnement

Et de cinq ! Après Norwegian Cruise Line Holdings Ltd., Silversea Cruises, Crystal Cruises et Star Clippers, une cinquième compagnie, Phoenix Reisen, a signé la "Charte Croisière" lancée en juillet par la Mairie de Cannes et la CCI Nice Côte d’Azur pour des croisières durables en baie de Cannes. Une charte qui vise notamment à réduire les émissions de soufre qui polluent l'air.

Cinq croisiéristes ont déjà signé la "Charte Croisière" élaborée par la Mairie de Cannes et la CCI Nice Côte d’Azur pour des croisières durables en baie de Cannes. Lancée en juillet dernier, cette charte engage les croisiéristes dans une démarche inédite de protection de l’environnement et de réduction des émissions polluantes des paquebots de croisière. Cinquième signataire, Phoenix Reisen est ainsi venu rejoindre Norwegian Cruise Line Holdings Ltd., Silversea Cruises, Crystal Cruises et Star Clippers qui se sont déjà engagés pour des escales respectueuses de l’environnement, au-delà des règlementations nationale et internationale.

Des émissions de soufre désastreuses pour la qualité de l'air

Le mouvement est parti en juin d'une campagne de Transport & Environment. Dans une étude, cette ONG basée à Bruxelles montrait que si les croisières étaient bienvenues pour l'industrie touristique, en revanche elles pouvaient avoir un impact très négatif sur l'environnement des destinations. L'ONG soulignait notamment que les paquebots du leader mondial des croisières (Carnival Corporation avec ses filiales Costa, Princess, Cunard ou P & O.) émettraient plus d’oxyde de soufre que toutes les voitures circulant en Europe !

Elle affirmait aussi que les ports de Marseille, Nice, Cannes et La Seyne se trouvaient ainsi asphyxiées par la montée en puissance des croisières. Et si le port de Barcelone arrivait au premier rang avec 32,838 tonnes d’oxydes de soufre en 2017, la 8ème place était occupée par Marseille (15,219), la 39e par Nice (5,563), la 41e par Cannes (5,366) et la 49e par La Seyne-sur-Mer (4,369). De quoi refroidir les villes balnéaires qui cherchent à doper leur tourisme par les croisières.

Quatre engagements forts

La charte élaborée par Cannes avec la CCI vise aussi à réconcilier tourisme et croisière à travers un pacte environnemental. Elle comporte quatre engagements forts pour protéger l’environnement et les habitants de la baie de Cannes. Le premier vise à la réduction des émissions polluantes dans l’air. Les navires de croisière opérant en baie de Cannes s’engagent notamment à utiliser un carburant à 0.1% de soufre dès l’entrée de la zone de pilotage obligatoire et pendant toute la durée de l’escale au mouillage.

Le second engagement porte sur une réduction de la pollution en mer (zéro rejet d’eaux usées traitées ou non en zone de pilotage et de mouillage ; zéro rejet d’eaux issues du système de lavage des fumées ou scrubbers en boucle ouverte, le cas échéant. Le troisième touche la protection de la biodiversité (Contourner les herbiers de posidonies lors des manœuvres et ancrage, (respecter la zone de pilotage obligatoire et de mouillage selon les directives du Pilote). Le quatrième tient dans une  mise en œuvre d’une démarche environnementale globalisée en favorisant les démarches environnementales auprès des agents réceptifs et des autocaristes (bus propres, limitation des rejets d’émissions polluantes à terre…).

La charte s'accompagne d'un bonus financier pour les compagnies participantes. Quatrième "port" de croisières français (avec bateaux dans la baie comme pour Villefranche-sur-mer), Cannes a accueilli 162 escales et près de 370 000 croisiéristes en 2018. 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011