ShareThis

Cannes Yachting Festival : Reed Expo perd une manche contre la FIN

Une décision de justice qui était attendue dans la bataille qui oppose la FIN (Fédération des Industries Nautiques) à Reed Expo pour l'organisation du grand salon nautique cannois : le Tribunal de Grande Instance de Paris a estimé que le contrat est résilié au 20 décembre 2016 et que la FIN est bien propriétaire du salon. Une décision à laquelle Reed Expo va faire appel, ce qui lui permet de rester pour l'instant à la barre.

Une manche de perdue pour Reed Expo, mais la bataille continue avec la FIN (Fédération des Industries Nautiques) pour déterminé qui sera le propriétaire du prestigieux (et rentable) Cannes Yachting Festivals (60.000 visiteurs en septembre dernier). Mardi en effet, le Tribunal de Grande Instance de Paris a rendu sa décision : le salon nautique de Cannes est bien la propriété de la FIN et Reed ne peut pas s’en prévaloir; le contrat liant la FIN à Reed est réputé résilié à la date du 20 décembre 2016 (il courait normalement jusqu'en 2041). Mais l'organisateur international de salons n'en baisse pas pour autant les bras et a annoncé qu'il ferait appel.

La FIN confirmée comme propriétaire et le contrat avec Reed Expo déclaré rompu fin 2016

Pour rappel, le conflit s'est ouvert fin 2016. Suite à l'éviction de Jean-Daniel Compain, ‎Directeur Général chez Reed Expositions, la FIN avait rompu fin octobre 2016 le contrat la liant au groupe anglo-saxon depuis 1998 (même chose pour le "Nautic", le salon nautique international de Paris dont la FIN est propriétaire comme pour Cannes). Dès la rupture, la Fédération a aussi introduit une action devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, pour faire valoir ses droits et a créé une structure idoine, Nautic Festival SA, pour reprendre l'organisation de ses salons.

Mais Reed ne l'a pas entendu de cette oreille et a intenté une procédure demandant également à se voir reconnaître propriétaire du salon cannois. Il est aussi resté à la barre ce qui n'a pas manqué de poser des problèmes financiers à la FIN qui comptait sur les revenus du Cannes Yachting Festival pour équilibrer ses comptes avec un Nautic parisien déficitaire. D'où l'importance de la décision de justice et cela d'autant plus que le contrat étant déclaré résilié à la date du 20 décembre 2016, cela ouvre la porte à une procédure au civil de la part de la FIN qui pourrait contraindre Reed Expo Reed Expo à lui reverser deux ans de bénéfices cannois.

Reed va "continuer à organiser le salon tant qu’une décision en appel n’a pas été rendue"

On n'en est toutefois pas encore là. Dans un communiqué, Michel Filzi, président de Reed Expositions France, reconnait qu'après une instruction de plus de deux ans, le TGI de Paris a fait droit à la demande de la FIN "en annulant la clause post-contractuelle qui liait Reed et la FIN concernant le Yachting Festival de Cannes jusqu’en 2041, considérant que la durée de cette clause était excessive". Mais, ajoute-t-il, le tribunal "a cependant décidé de ne pas rendre sa décision exécutoire, ce qui permet à Reed de continuer à organiser le salon tant qu’une décision en appel n’a pas été rendue".

"Nous regrettons cette décision de première instance, qui annule une des clauses essentielles et déterminantes du contrat signé avec la FIN. Nous allons évidemment faire appel de cette décision et je reste confiant sur le fait que la justice reconnaîtra la validité des engagements pris par la FIN et notre légitimité à continuer à organiser le salon de Cannes", a réagi Michel Filzi. En attendant le résultat de l'appel (un à deux ans), ce sera donc très vraisemblablement Reed Expo qui organisera le prochain Yachting Festival pour lequel il a présenté en septembre de grandes ambitions : transférer les voiliers au Port Canto et faire de cette manifestation le premier salon européen à flot et l'un des trois grands salons mondiaux.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011