ShareThis

Classement de Shanghai : l'UNS décroche, mais UCA arrive

Ayant décroché l'an dernier du Top 500 des meilleures universités mondiales pour s'inscrire au Top 800, l'Université Nice Sophia est de nouveau descendue d'un cran (Top 900) dans le classement 2019. Une descente due au passage d'UNS à la nouvelle Université Côte d'Azur qui n'est pas encore pris en compte par Shanghai. Mais UCA est désormais sur les rails et se substituera à UNS à compter du 1er janvier 2020.

L'Université Nice Sophia a décroché un peu plus dans le classement de Shanghai 2019 dévoilé le 15 août : de 2006 à 2017 dans le Top 500 mondial (elle était même montée en 2010 dans le tableau 301-400, le Top 400), elle se retrouve désormais dans le tableau des 801-900. Un top 900 où elle côtoie l'université d'Orléans, celle de Savoie, l'université d'Afrique du Sud ou encore celle du Punjab. L'an dernier déjà, l'UNS avait décroché pour descendre dans le tableau 701-800 des meilleures universités mondiales.

Un passage de relai imminent entre UNS et UCA

Alors que l'obtention de l'Idex en 2015 lui donnait un formidable essor, certains en déduiront hâtivement que l'université azuréenne est en chute libre. Ce n'est évidemment pas le cas. La réponse à la nouvelle baisse dans le classement de cette année est la même que celle donnée l'an dernier : l'UNS est en voie de disparition et laisse la place à UCA, l'Université Côte d'Azur, un passage de relais qui n'était pas pris en compte l'an dernier et ne l'est pas également cette année.

Mais le changement est désormais imminent. Une étape décisive dans la construction d'une nouvelle université intégrée reconnue internationalement, intensive en recherche, participant à la dynamique de croissance de son territoire et proposant un cadre de travail agréable et stimulant a été franchie fin juillet avec la publication du décret de création de l’université expérimentale Université Côte d'Azur au journal officiel le 26 juillet 2019.

La composition d'Université Côte d'Azur 

A compter du 1er janvier 2020, dans quelques mois à peine, Université Côte d'Azur se substituera à l'Université Nice Sophia Antipolis et à la Communauté d'Universités et Etablissements (ComUE) Université Côte d'Azur. Autour de l'université, cette nouvelle entité regroupe, dans les conditions précisées par ses statuts quatre branches :

  • en tant qu’établissements-composantes : l'Observatoire de la Côte d'Azur (OCA), la Villa Arson, le Centre International de Recherche Musicale (CIRM), l'Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie de Nice (IFMK) et l'Ecole Régionale d'Acteurs de Cannes et Marseille (ERACM), qui conservent leur personnalité morale,
  • en tant que centres de recherche partenaires : la Direction Régionale du Centre National de Recherche Scientifique (CNRS), l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique (Inria) Sophia Antipolis-Méditerranée, l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA) PACA-Sophia Antipolis, l’Institut de Recherche de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) Délégation Régionale PACA, l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD),
  • en tant qu’établissements associés : Skema Business School, Le Centre Antoine Lacassagne (CAL), la Sustainable Design School (SDS), l’Ecole de Danse de Cannes-Mougins Rosella Hightower, l’Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle de Nice (ESRA) et le Conservatoire à rayonnement régional de Nice,
  • le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Nice est également mentionné comme partenaire majeur de cet établissement.

Prochain grand objectif : la pérennisation de l'IDEX UCA

Cette étape, assure l'université, devrait participer à la pérennisation de l’IDEX UCA Jedi qui est le prochain grand objectif à atteindre dans un an environ.

A titre transitoire, la présidence de l'établissement est assurée par Jean-Marc Gambaudo,  Président de la Communauté d'Universités et Etablissements Université Côte d'Azur en qualité d’administrateur provisoire de l'établissement expérimental. Dans un communiqué, il est précisé que "la nouvelle Université Côte d’Azur sera une université de plein droit, présente dans tous les classements internationaux. Structurée en composantes internes dont les responsabilités sont accrues, adossant l’ensemble de ses missions à l’excellence de sa recherche, fortement ancrée sur son territoire, associée aux plus grands acteurs nationaux de la recherche, Université Côte d’Azur entend ainsi rayonner à l’international et se placer parmi les meilleures universités européennes."

Un véritable changement de braquet qui laisse augurer une prochaine et forte remontée dans le classement de Shanghai.

Le communiqué d'UCA : "une année de transition pour Université Côte d’Azur"

Dans un communiqué Université Côte d'Azur explique que le classement de Shanghai 2019 correspond à une année de transition pour Université Côte d’Azur.

"Le classement de Shanghai des meilleures universités mondiales est paru ce jeudi 15 août. Université Côte d’Azur qui va se substituer à l’Université Nice Sophia Antipolis à partir du 1er janvier 2020, n’apparaît pas encore dans ce classement de Shanghai 2019. La création d’Université Côte d’Azur, entérinée par décret le 26 juillet dernier, permettra à la Côte d’Azur de se positionner parmi les universités de rang mondial.

Le classement de Shanghai est un palmarès mondial des universités selon six critères allant du nombre de prix Nobel à celui des publications rattachées à l'établissement. Il constitue un des cinq classements internationaux de référence mais, par les critères choisis, est plutôt défavorable aux établissements français. En outre, alors que la France connaît un bouleversement de son paysage universitaire, le classement de Shanghai ne reconnaît pas les regroupements universitaires de type ComUE (contrairement à d’autres classements tels que le Times Higher Education)..

Pour Université Côte d’Azur, cette année 2019 apparaît donc comme une année de transition : la création d’Université Côte d’Azur comme université de plein droit n’est pas encore enregistrée par toutes les agences internationales de classement, alors même que – très logiquement – l’Université Nice Sophia Antipolis disparaît de ces classements.

En signant depuis plusieurs mois leurs publications sous le label d’Université Côte d’Azur et en respectant toujours mieux la charte de signature commune, l’ensemble des chercheurs d’Université Côte d’Azur prépare donc activement l’entrée de la nouvelle université dans le prochain classement. Cet effort est essentiel pour une université qui a l’ambition d’adosser l’ensemble de ses missions à l’excellence de sa recherche et de rayonner à l’international en se plaçant parmi les meilleures universités mondiales.

Pour ce faire, Université Côte d’Azur peut compter sur l’ensemble de ses enseignants-chercheurs, mais aussi des chercheurs du CNRS, d’Inria, de l’INRA, de l’Inserm, de l’IRD. Dans un communiqué publié le 15 aout, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a en effet rappelé son souhait « pour que les chercheurs les plus cités (highly cited researchers) de 6 organismes de recherche fassent désormais figurer en première affiliation la tutelle universitaire de rattachement de leur unité mixte de recherche : l'indicateur HiCi du classement de Shanghai compte en effet pour 20 % du score global de chaque établissement. Cela permettra de mieux mettre en évidence le potentiel scientifique des établissements d'enseignement supérieur, sans porter préjudice aux organismes de recherche qui ne sont pas concernés par ces classements."


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011