ShareThis

Commerce : le "Pôle de la mode et du design" au Muy recalé

Projet de centre commercial de 16.000 m2, le "Pôle de la mode et du design" du Muy n'a pas obtenu le feu vert de Commission Départementale d’Aménagement Commercial du Var. Il "ne verra pas le jour, en tout cas pour le moment", s'est réjoui David Lisnard, maire de Cannes, qui s'était opposé au projet et se pose en défenseur des commerces de proximité et de l'environnement.

Le "Pôle de la mode et du design" au Muy, projet de centre commercial de 16.000 m2 n’a pas convaincu la Commission Départementale d’Aménagement Commercial du Var qui a donné un avis défavorable. C’est la seconde tentative d’implantation de ce type de la part de cette société sur le site du Muy, le premier projet ayant lui aussi reçu un avis défavorable en février 2016. Un nouveau coup d'arrêt qui a satisfait David Lisnard, le maire de Cannes, qui avait alerté les autorités compétentes sur "les conséquences très négatives du projet, que ce soit pour l’économie, notamment les commerces de proximité, comme pour l’environnement." (Photo @ DR)

Situé à seulement cinquante kilomètres de Cannes, ce "Pôle de la mode et du design", aurait selon lui impacté directement les communes limitrophes des Alpes-Maritimes et en premier lieu l’agglomération cannoise. Le maire de Cannes n'en reste pas moins prudent, notant dans un communiqué, que le projet "ne verra pas le jour, en tout cas pour le moment". 

Défenseur ardent des commerces de proximité et de l'environnement, David Lisnard compte aussi rester vigilant et poursuivre son action dans ce domaine. Il a notamment cette semaine signé une tribune dans le quotidien national "Les Echos", tribune intitulée "Pour l'équité fiscale dans le commerce" et à travers laquelle il propose de "baisser la fiscalité locale sur le commerce de proximité et, parallèlement, faire participer les entreprises d'e-commerce de livraison à l'entretien des espaces publics."

"Le maintien des commerces de proximité est une priorité essentielle, en termes de mode de vie, d’emplois réels, d’attractivité de nos villes et villages, d’environnement", estime-t-il. Et de préciser qu'il n'est "pas opposé par principe aux centres commerciaux mais à l’excès de ces centres, qui soulèvent des problématiques paysagères, écologiques - en raison de l’artificialisation des sols et des embouteillages supplémentaires générés - et sociales, car de nombreux emplois sont supprimés dans les commerces de proximité."

Une position qu'il défend face à plusieurs projets de Sophia Antipolis dont celui de l'Open Sky qui devrait démarrer avant la fin de l'année à l'entrée ouest de la technopole. Avec plus de 40.000 m2 de surfaces de vente, cet ensemble commercial d'envergure a, quant à lui, déjà obtenu ses autorisations et son permis de construire. 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011