ShareThis

Courtin Real Estate veut développer Sophia en réparant l'ancien

Selon les mots de Guilaine Debras, maire de Biot, lors de l'inauguration de Nova Sophia, un programme de rénovation de bureaux anciens de la technopole, Christophe Courtin Real Estate s'est lancé dans de lourdes opérations de réhabilitation, revalorisant des bâtiments obsolètes qui ne trouvaient plus preneurs. La réponse à un paradoxe de Sophia où l'on construit beaucoup de bureaux alors que de nombreux mètres carrés sont vides.

C'est sur Sophia un paradoxe que certains pointent du doigt : un peu partout de nouveaux bâtiments sont en construction alors que beaucoup de mètres carrés de bureaux sont vides. Aberration ? Pas vraiment. La technopole a 50 ans cette année et les premiers immeubles de bureaux construits dans les années 70, 80 voire 90 ne sont plus aux normes ni au goût ou aux façons de travailler du jour. Ce qui explique que , même moins chers à la location, les bâtiments les plus anciens ne se louent plus mais qu'une demande solide existe plus que jamais pour des locaux aux normes d'aujourd'hui.

Nova Sophia : trois bâtiments réhabilités qui ont trouvé de suite preneur

C'est à ce paradoxe sophipolitain que Christophe Courtin s'est attaqué. Et c'est sur ce thème de la rénovation du parc ancien que l'ancien startupper à succès (Santiane, le courtier d'assurances en ligne, c'est lui) a fondé Courtin Real Estate (CRE). Une société qui a inauguré récemment le premier ensemble de bâtiments entièrement et lourdement rénovés : Nova Sophia (anciennement Tetra-Petra-Le Galion). Les trois bâtiments, construits en 1989, ne sont plus reconnaissables maintenant. Ils ont rajeuni de 30 ans. Rachetés en l'état par CRE, ils ont été entièrement réhabilités en sept mois et ont laissé place à 6.416m² de bureaux ultra-modernes et 240 parkings. Trois bâtiments qui ont tout de suite trouvé preneurs en fin d'année dernière et où sont désormais installés Regus, Alten et SII, trois belles enseignes.

Cette volonté de remettre à jour les bâtiments les plus anciens de la technopole est évidemment hautement appréciée de ses élus. Ils avaient aussi tenu à marquer l'inauguration de leur présence et ont témoigné haut et fort de leur satisfaction, que ce soient les maires (Christophe Etore pour Valbonne, Guilaine Debras pour Biot) ou les représentants de la CASA, le sénateur Marc Daunis et Jean Leonetti, le président de la communauté.

"Développer Sophia en réparant ce qui avait été fait avant"

Grâce à vous "on est en train de développer Sophia en réparant ce qui avait été fait avant", souligne Guilaine Debras. "Nous avons une rénovation exemplaire" estime Marc Daunis. "A la puissance publique d'accompagner cette initiative privée de réhabilitation". Jean Leonetti salue ce type d'opération qui "demande des qualités de compétence et de volonté" et permet d'"infléchir une situation qui devenait pénalisante".

De même, les "preneurs" témoignent de leur satisfaction. Nicolas Leroy, directeur régional Regus, Thierry Audier, directeur de SII et Brice Arnavon, directeur de Alten Sophia Antipolis mettent en avant bien sûr leur intérêt pour Sophia Antipolis, mais également les qualités propres du bâtiment avec des prestations qu'ils trouvent qualitatives comme les terrasses, les larges baies, la surface disponible, les services, la position au centre de la technopole, etc.

Sur les rails, le projet Centrium de réhabilitation du Village d'entreprises de Sophia

Quant à Christophe Courtin, nouveau venu aux côtés de Stena ou de Philippe Boisanfray dans le paysage patrimonial de Sophia Antipolis, il ne fait que commencer sa montée en puissance. Sa foncière affiche comme objectif d'arriver à détenir 60.000 m2 de bureaux. Il en est déjà sur le chemin à travers plusieurs acquisitions et vient d'attaquer la réhabilitation du Village d'entreprises de Sophia, à l'entrée des Bouillides.

C'est une opération de plus grande envergure encore que celle de Nova Sophia. Son projet Centrium, d'un complexe immobilier dans les arbres, porte sur 14.600 m2 de bureaux et commerces assortis de 601 parkings dont la majeure partie enterrée, avec à la clé la promesse de zéro défrichement ou arbre coupé dans un emplacement stratégique de la technopole. Comme il l'avait fait avec la "fusée" Santiane, Christophe Courtin compte aller vite de nouveau. Très vite.

Brice Arvanon dans les bureaux d'Alten très "nouveau design."

Lors de l'inauguration, de gauche à droite : Marc Daunis, Jean Leonetti, Christophe Courtin, Guilaine Debras et  Frédéric André, président de Sophia Club Entreprises.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011