ShareThis

Création d'entreprises innovantes : flash sur les lauréats azuréens du concours national

Un bon cru 2011 pour la Côte d'Azur: 7 sur les 12 lauréats PACA du concours national pour la création d'entreprises de technologies innovantes sont accompagnés par l'Incubateur PACA Est. De la mécanique des fluides à la pharmacologie en passant par l'informatique, les télécoms, les cultures de micro-algues, les projets PACA primés ont été présentés au CICA de Sophia Antipolis en présence du préfet.

Traditionnellement, elle se fait à Marseille, la cérémonie organisée en l'honneur des lauréats  du concours national pour la création d'entreprises de technologies innovantes. Mais cette année, alors qu'une bonne partie des lauréats se trouve sur la partie Est de la PACA (7 lauréats sur 12 sont passés par l'Incubateur PACA-Est), c'est à Sophia Antipolis, dans l'amphi Lumière du CICA qu'elle a eu lieu, jeudi dernier. Elle s'est tenue en présence du préfet des Alpes-Maritimes, Jean Michel Drevet, qui a marqué ainsi son intérêt pour la création d'entreprise et l'innovation.

Les fondateurs ont eu l'occasion de présenter tour à tour leur entreprise, leur projet innovant. Ce qui a permis, à travers les 12 entreprises lauréates, de montrer, comme l'a souligné le préfet, l'incroyable diversité des projets, qui vont de la mécanique des fluides à la pharmacologie en passant bien sûr par l'informatique. Des projets toujours très ciselés technologiquement, axé sur un marché, avec des applications concrètes. Cela aussi bien pour les lauréats de la catégorie émergence (les entreprises les plus jeunes ou en cours de création) que pour la catégorie croissance (jeunes entreprises de moins de trois ans déjà lancées). L'intérêt du prix ? Le coup de pouce financier assorti d'un accompagnement adapté, la labellisation, et une reconnaissance comme l'ont rappelé Pierre Michel, Délégué Régional à la Recherche et à la Technologie et Jean Marc Battigello, Délégué Innovation Oséo. Résultat encourageant : un taux de mortalité bien moindre à 5 ans pour les entreprises lauréates que pour les autres start-up.

Les lauréats "création‐développement"

Il s'agit de projets dont la preuve du concept est déjà établie et qui ont, ou vont, donner lieu à une création d’entreprise à court terme. Les projets « création‐développement » peuvent bénéficier d’une subvention d’un montant allant jusqu’à 450 000€

Les lauréats PACA de la catégorie "création-développement".

ACUTE 3D avec Jean-Philippe Pons (accompagné par l’Incubateur Paca‐Est) sur la commercialisation de composants logiciels pour la modélisation 3D automatique du monde réel. Bluffant. A partir de simple photo, son logiciel permet de reconstituer des modélisations 3D. Le logiciel est issu des travaux de recherche de Renaud Keriven et Jean‐Philippe Pons à l'Ecole des Ponts ParisTech et au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

Solidages avec Isabelle Précheur (accompagnée par l’Incubateur Paca‐Est) pour le Projet Oratis de développement d'un médicament contre la bouche sèche. L’innovation de cette start‐up hospitalo‐universitaire, consiste à stimuler les petites glandes salivaires accessoires en contact avec la face interne du biofilm de la bouche par un médicament associant pilocarpine et yohimbine.

Ideol avec Paul Dupin de La Gueriviere pour le développement de nouveaux concepts de plateformes marines minimisant le coût d'implantation d'éoliennes en mer flottantes. Ideol a breveté et développe de nouveaux concepts de plateformes marines flottantes, adaptables à tout type de turbines éoliennes, conçues spécifiquement en fonction des contraintes particulières de l’implantation en mer et permettant une réduction significative des coûts de fabrication et d’installation par rapport aux solutions actuelles.

Mobiquithings avec Cyril Hullin sur son projet d'opérateur de télécommunications pour objets communicants. MobiquiThings est un opérateur réseau télécom mobile virtuel qui a pour objectif de devenir l’acteur de référence pour la communication “Machine to Machine” à travers le monde. MobiquiThings cible le marché des industriels de tous horizons exploitant des flottes de machines communicantes. L’infrastructure “FullMVNO” permet une couverture multi‐opérateurs et multi‐réseaux et ouvre un rôle de médiation entre les opérateurs de réseaux d’accès et les industriels “verticaux” de tous secteurs.

Pinxinbio avec Florence Vicaire (accompagnée par l’Incubateur Impulse) pour le développement d'un dispositif d'analyse pour le contrôle in situ de contaminants biologiques. Pixinbio conçoit un dispositif portable et autonome de diagnostic rapide, utilisant une biopuce à usage unique, pour des analyses d’échantillons biologiques sur le terrain, en temps réel. Le caractère innovant de la technologie repose sur l'utilisation d’un capteur optique (biopuce) à la fois comme support pour effectuer le test biologique et comme détecteur du signal généré par la réaction. Le dispositif trouve des applications dans le domaine du diagnostic industriel à des fins de contrôle qualité ou dans le domaine de la santé pour le diagnostic de maladies infectieuses et de pathologies et la recherche de biomarqueurs.

Les lauréats "en émergence"

Ces projets, qui nécessitent encore une phase de maturation et de validation technique, économique et juridique, peuvent bénéficier d’une subvention d’un montant allant jusqu’à 45.000€.

Les lauréats de la catégorie "Emergence".

Aquabiomass avec Stéphanie Pierre (accompagnée par l’Incubateur Paca‐Est depuis avril) pour un projet de culture de plusieurs souches de micro‐algues et de cyanobactéries visant au développement d'une nouvelle alimentation en aquaculture. Le concept ? Avec une population mondiale qui ne cesse d’augmenter et les stocks naturels de poissons qui disparaissent, l’aquaculture apparaît comme la solution pour fournir les protéines d’origine aquatique. Mais les poissons d'aquaculture sont nourris avec des farines de poissons. Chaque année, 17 millions de tonnes de poissons sont transformées en farine pour nourrir nos élevages dépeuplant ainsi les océans. L’utilisation de micro algues sous forme de granulés est une des voies possibles pour le développement d’une aquaculture durable, en cultivant plusieurs souches de micro‐algues.

Neurodiff avec Olivier Clatz, chercheur à l'Inria (accompagné par l’Incubateur Paca‐Est) autour du diagnostic et suivi des pathologies cérébrales par l'imagerie du tenseur de diffusion. Ce projet a pour objectif de fournir un logiciel d’analyse des images par résonance magnétique du tenseur de diffusion. Cette modalité d’imagerie multidimensionnelle récente est à la fois plus riche mais aussi plus difficile à interpréter que les images médicales usuelles. Son logiciel, basé sur une technologie brevetée, permet d’exploiter cette information pour visualiser et analyser la dégradation des faisceaux de fibres de la matière blanche du cerveau.

Ecoat avec Olivier Choulet (accompagné par l’Incubateur Paca‐Est) apporte une solution innovante dans la fabrication des composants bio‐sourcés pour peintures en émulsion à travers une nouvelle génération de liants bio‐sourcés d’origines végétales. Pour cela, la société finance intégralement sa recherche de liants “verts”, en collaboration avec des chercheurs de l’université et des partenaires industriels. Une innovation brevetée permet de supprimer les sels de métaux lourds, d'améliorer les performances du séchage et du jaunissement. Déjà créée la société a réalisé 1 M€ de chiffre d'affaires avec 8 salariés.

Knee Guard avec Michel Behr (accompagné par l’Incubateur Paca‐Est) a lancé un dispositif de protection du genou et de la jambe pour le skieur qui permettra de réduire le risque de rupture ligamentaire du genou et de fracture du tibia, tout en préservant les libertés de mouvement du skieur.

Easy CFD avec Mathieu Durand (accompagné par l’Incubateur Paca‐Est) sur le développement d'outil pour la CFD (Computational Fluid Dynamic). La simulation numérique en mécanique des fluides (CFD) se développe rapidement et les outils permettant la modélisation d'écoulement autour des avions, des bateaux, des automobiles sont de plus en plus utilisés car précis et robustes, mais nécessitent des utilisateurs spécialisés. Mathieu Durant s'est efforcé d'ouvri cette CFD aux non spécialistes et de la rendre plus synthétique et rapide sur des processus répétitifs. Les solutions proposées seront des outils d'automatisation des tâches répétitives et spécifiques dans lesquels l'expertise viendra des outils plus que des utilisateurs.

Genepred avec Alain Dessein commercialise des tests génétiques (bio‐compagnons) qui permettront de détecter une infection par le virus de l’hépatite C.

Theravas avec Kamel Mabrouk (accompagné par l’incubateur Impulse) sur des anticorps se liant à l'adrénomédulline et aux récepteurs de l'adénomédulline et leurs utilisations comme médicament contre les tumeurs solides. L'objectif est de développer puis mettre sur le marché un ensemble de nouveaux médicaments curatifs ou préventifs principalement anti‐cancéreux. Les tumeurs visées sont les tumeurs solides, dont les tumeurs cérébrales (les glioblastomes). Cette molécule va permettre à la tumeur de se “consolider” pour “grossir”. L’action du médicament consiste non seulement à bloquer l’activité de cette molécule clé mais aussi à bloquer les récepteurs ou serrures de cette clé, en l’empêchant ainsi ’attirer, relier et consolider le développement de la tumeur.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011