ShareThis

Crowdfunding : comment Michel Thomazeau a levé 310.000 dollars pour Planets³ sur KickStarter

Ancien de l'ESSI et de Realviz, Michel Thomazeau a lancé avec Cubical Drift à Cannes, le projet d'un nouveau jeu vidéo ambitieux. Faute d'avoir pu trouver des investisseurs "classiques", il a fait appel au crowdfunding avec Kickstarter et a réussi son opération, levant 310.000 dollars avec plus de 10.000 "backers". Il explique.

On parle aujourd'hui beaucoup du crowdfunding. C'est un nouveau moyen de financement qu'a tenté, avec succès, Michel Thomazeau à Cannes, fondateur de Cubical Drift, un studio de jeux vidéo de la pépinière cannoise CreaCannes, accompagné par l'incubateur PACA-Est. Grâce à la plateforme américaine Kickstarter, il a en effet réussi à lever 310.000$ apportés par un peu plus de 10.000 "backers". Il vous livre son expérience.

Un ancien de l'ESSI (Polytech'Nice) et de Realviz

Ancien élève de l'ESSI à Sophia Antipolis (aujourd'hui Polytech'Nice), il a fait partie de l'aventure Realviz (un leader dans le traitement d'images numériques 2D/3D). Il a suivi quand Realviz a été racheté par l'Américain Autodesk, travaillant sur des logiciels comme Stitcher, Vtour, ImageModeler ou 123DCatch. C'est à l'été 2012 qu'avec deux anciens de l'ESSI, le projet de Planets³ a muri. Michel Thomazeau a alors quitté Autodesk pour se lancer à fond dans la création d'un nouveau jeu vidéo.

Une année a été nécessaire pour créer la société et il a fallu aussi chercher des fonds pour développer un jeu très ambitieux qui n'existait encore qu'à l'état de concept. "L'an dernier je suis allé voir des investisseurs, explique Michel Thomazeau. Mais sans succès. Le studio était trop nouveau et il n'avait pas encore de client. Nous avons alors pensé à faire appel au crowdfunding et nous avons choisi une plateforme américaine, leader mondial dans ce domaine."

"Ce n'était pas la solution la plus simple car nous avons dû nous faire accompagner par un Américain et cela a demandé plusieurs mois de préparation. Le jeu n'étant pas encore développé. Aussi, pour montrer ce que nous faisions, nous avons réalisé une vidéo du prototype. L'opération avec KickStarter a démarré en janvier et a été lancé véritablement début mars. Nous avions fixé le premier palier à 250.000 dollars (il faut savoir que si le palier n'est pas atteint en un mois, l'opération est annulée). Nous nous sommes mobilisés aussi à fond pendant un mois pour répondre aux messages, donner des interviews. Nous avons pu passer le palier et aller au-delà à 310.000 dollars."

Outre la levée de fonds, un véritable test de marché

"Certes, ce n'est pas l'intégralité de la somme qui nous revient. Il faut compter que certaines promesses de financement ne sont pas suivies. Ici, nous avons véritablement réuni 290.000 dollars. Ensuite, il y a à prendre en compte le taux de change avec l'euro, les frais de la plateforme Kickstarter et d'Amazon pour le service de paiement. Ce qui nous laisse environ 140.000 euros. C'est loin d'être négligeable. Mais ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'est d'avoir plus de 10.000 backers (souscripteurs) dont certains sont déjà impliqués dans le projet. Un atout considérable."

"Outre la levée de fonds, c'est aussi un test de marché que nous avons réussi. Il montre que notre concept intéresse et que nous avons donc une bonne chance de trouver un marché et de gagner notre challenge. Cela nous donne des chances supplémentaires pour une nouvelle levée de fonds afin d'agrandir l'équipe pour développer le jeu et lancer une première version pour la fin de l'année."

Planets³ : un combiné de MineCraft, Star War et Lego

Le concept de Planets³? Il ne se réduit pas à faire un nouveau jeu vidéo de cubes comme MineCraft, Cube World ou sandbox. "MineCraft a démocratisé le concept voxel qui consiste à reproduire l'univers en cubes (blocs)", explique Michel Thomazeau.

"Les cubes de Planet3 sont plus petits que ceux de MineCraft. Mais ce qui nous différencie, c'est que Planet est avant tout un jeu de rôle, d'aventures. Il y a une dimension scénaristique avec l'histoire. Nous faisons aussi des véhicules en assemblant des blocs à la manière de Lego." En quelque sorte, un combiné de MineCraft, de Star War et de Lego...


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011