ShareThis

ETSI à Sophia : après le GSM, l'UMTS

Le futur du téléphone se joue en France. L'European Telecommunications Standards Institute au coeur de la bataille des mobiles de la 3ème génération.



Vous connaissez l’UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) ? Sans doute. Les futures possibilités d’utilisation du téléphone portable et, en ce moment, l’attribution des licences UMTS qui atteint des sommes colossales dans plusieurs pays comme l’Angleterre ou l’Allemagne, font la 'Une' de l’actualité. Mais est-ce que vous savez que l’UMTS a ses racines en France? Oui, la norme UMTS, tout comme la norme GSM, est développée à l’ETSI (Institut Européen de normalisation dans le domaine des telecoms), basé à Sophia Antipolis.

Pour mieux se fixer les idées, voici quelques clés apportées par l'ETSI.

Qu’est-ce que l’UMTS ?
L’UMTS est la norme dite de 3e génération qui permet de se connecter à Internet, de pouvoir recevoir et envoyer des images et de la vidéo mais aussi d’avoir aussi accès à des services interactifs et multimédia à partir de son portable. L’UMTS est basé sur une évolution du standard GSM. Il permet de pouvoir recevoir des informations à une capacité de 2 Mbit/s dans un environnement peu mobile. Cette capacité élevée permet une connexion Internet et un transfert de données rapide, mais aussi de pouvoir utiliser des outils tels que la video-conference ou le multimédia (jeux..). L’UMTS permet donc d’étendre les possibilités d’utilisation de son portable.

Qu’est-ce que l’ETSI ?
L’ETSI (European Telecommunications Standards Institute) est l’Institut Européen des normes de telecommunication. L’ETSI élabore plusieurs normes telles que le GSM, l’UMTS, DECT, DVB, ATM, xDSL, TETRA,…. L’ETSI est une association à but non lucratif qui comprend 773 membres provenant du monde entier. Les membres de l’ETSI regroupent des fabricants de telecoms, des administrations, des opérateurs, des sociétés de services et des utilisateurs. Les membres de l’ETSI se réunissent en groupe de travail et élaborent ensemble les normes de demain. L’ETSI compte 100 employés, tous basés à Sophia Antipolis, qui représentent plus de 35 nationalités différentes. L’ETSI est financé par ses membres et dans certains cas reçoit des financements limités de la Commission Européenne.

Uniformiser les standards au niveau européen
Avec la venue de la Communauté Européenne, le besoin s’est fait sentir d’uniformiser les standards au niveau européen. Il a donc été décidé de créer l’ETSI en 1988 avec pour but de développer et d’harmoniser, pour l’Europe, les normes dans le domaines des telecoms. Le premier succès de l’ETSI a été le développement d’une norme de téléphonie mobile qui puisse être utilisée dans tous les pays d’Europe : le GSM.

GSM : Groupe Spécial Mobile
Le GSM, qui originellement veut dire 'Groupe Spécial Mobile' du nom du groupe de travail au sein de l’ETSI qui l’a élaboré, a été renommé avec l’internationalisation de la norme en 'Global System for Mobile Communication'. Avec l’internationalisation des sociétés et la demande grandissante dans le domaine de la téléphonie mobile, la norme GSM s’est exportée et a franchi les frontières de l’Europe. Avec plus de 300 millions d’utilisateurs dans le monde, le GSM est proposé par plus de 360 opérateurs dans 142 pays, elle est la norme la plus répandue dans le monde de la téléphonie mobile.

Du GSM à l’UMTS
L’UMTS, est une évolution du standard GSM, il est basé sur la plate-forme GSM. Avec le passage vers la 3e génération et afin de pouvoir bénéficier des nombreux avantages de celle-ci, il était plus naturel pour les pays Européens et pour les pays ayant adopte le GSM de faire évoluer leur réseau actuel. L’ETSI s’est donc penché sur un standard, qui permette aux pays utilisateurs de faire évoluer leurs réseaux plutôt que d’en changer radicalement. Mais comment un organisme Européen, base en France, peut-il réussir a faire évoluer tout seul un réseau GSM déjà adopté mondialement ?.

Développement de l’UMTS : vers une contribution mondiale
L’ETSI a décidé de créer une entité internationale regroupant les organismes de normalisation des pays ayant un intérêt dans le développement de l’UMTS. En 1998, le 3GPP est né. Le 3GPP (3rd Generation Partnership Project) regroupe les intérêts des pays membres tels que l’Europe, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Corée. Financé au départ a 100% par l’ETSI, le 3GPP est dorénavant financé par toutes les entités membres, bien que l’ETSI reste largement majoritaire. L’ETSI a mis en place, à Sophia Antipolis, une équipe internationale de 27 personnes (Mobile Competence Centre) qui est en charge du support et du développement de la norme UMTS dans le cadre du 3GPP. Le 3GPP, compte aujourd’hui plus de 280 sociétés et 1000 experts représentés au travers des organismes de normalisation membres.

Le but du 3GPP
L’objectif du 3GPP est d’accélérer le travail de l ‘UIT (Union Internationale des Télécommunications) dans le cadre de l’harmonisation mondiale des normes dans le domaine des télécoms. La famille IMT-2000 (International Mobile Telecommunication -2000), crée au sein de l’UIT, a pour but de permettre à terme l’interopérabilite des différents standards et donc de permettre aux utilisateurs d’appeler de leur portable dans le monde entier.
L’ETSI, qui avait pour but de développer un standard Européen dans le domaine de la téléphonie mobile, le GSM, travaille donc dorénavant a l’harmonisation des standards de 3e génération au niveau mondial, tellement le succès du GSM a été énorme !

L’UMTS, un enjeux global
Comme vous pouvez vous en douter, le développement du standard UMTS intéresse de nombreux pays et les enjeux économiques sont très importants. Le Japon, par exemple, attend impatiemment une solution qui permettra d’accroître son réseau de 2e génération déjà saturé. Disponible des 2001, cette nouvelle technologie de 3e génération sera officiellement disponible au Japon, puis en Europe a partir de 2002. Cependant, British Telecom a déjà lancé un programme de mise en place de réseau UMTS en Angleterre, sur l’île de Man, qui sera disponible des 2001. L’UMTS, aussi connu sous le nom de W-CDMA, sera donc adopté par de nombreux pays dans le monde entier, même s’il est encore très difficile d’estimer l’ampleur de son développement au niveau mondial.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011