ShareThis

Files d’attente aux contrôles de l’Aéroport : vers le blocage ?

Les files d'attentes aux contrôles s'allongent de plus en plus avec un risque de blocage à très court terme de la plate-forme azuréenne alerte le CRT Côte d'Azur France. Son président, David Lisnard, pointe un manque récurrent d'effectifs de police aux frontières et apporte son soutien à l'aéroport dans sa demande d'effectifs supplémentaires.

C'est la grogne chez les passagers qui embarquent à l'aéroport Nice Côte d'Azur et qui sont confrontés à des files d'attende de plus en plus longues aux contrôles d'accès. Un problème qui s'aggrave en raison d'un manque récurrent d’effectifs de la Police aux frontières au sein de l’Aéroport, tandis que le trafic augmente. Aussi en dépit des bonnes intentions annoncées en ce domaine, l'accès à l'embarquement se révèle de plus en plus lent, ce qui pénalise l'attractivité de la destination.

D'où l'intervention du Comité Régional du Tourisme (CRT) Côte d’Azur France qui monte au créneau et apporte son soutien à l’Aéroport Nice Côte d’Azur dans sa demande d’effectifs supplémentaires de la Police aux Frontières dédiés. "La situation actuelle très tendue engendre d’ores et déjà sur certains week-ends du mois d’avril, des attentes de passagers inadmissibles" signale le CRT dans un communiqué. "Compte tenu de la fréquentation croissante attendue les prochaines semaines du fait des événements internationaux qui remplissent le calendrier azuréen - le Festival de Cannes du 14 mai au 25 mai, le Grand Prix de Monaco du 23 au 26 mai, la Coupe du Monde de Football féminine du 7 juin au 7 juillet, etc.- ce problème risque d’entraîner un blocage de la plate-forme azuréenne à très court terme."

Cette problématique avait été déjà soulevée par David Lisnard, lors d’une réunion du Comité Interministériel du Tourisme de juillet 2017. Le président du CRT Côte d’Azur France et maire de Cannes avait, à cette occasion, demandé l’extension à l’Aéroport Nice Côte d’Azur des mesures prévues pour les Aéroports de Paris. La demande portait sur des mesures concrètes avec la mise en place de temps d’attente maximum (30 à 45 minutes), la création de nouvelles unités de contrôle, le déploiement du dispositif de reconnaissance faciale ou encore un renforcement de la capacité d’accueil et une modernisation des services de douane.

Mais, relève le CRT, "malgré les investissements réalisés par l’Aéroport Nice Côte d’Azur dans des parafes à reconnaissance faciale, il est manifeste que le manque d’effectifs ne permet pas d’assurer un fonctionnement performant. Ce dispositif n’est pas pleinement efficient puisqu’il exige un personnel supplémentaire et n’est pas accessible aux enfants mineurs de moins de 12 ans, et donc à leur famille". C’est la raison pour laquelle le président du CRT a de nouveau saisi l’Etat en adressant un courrier au Ministre de l’Intérieur pour demander "à nouveau instamment", "la mobilisation d’un nombre plus conséquent d’effectifs de la Police aux frontières ainsi que la mise en place de toute solution permettant de fluidifier le passage aux postes de contrôles."


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011