ShareThis

G20 de Cannes : la surprise du jeudi vient de la BCE !

Décidément, ce début novembre est riche en surprise. Mardi, c'était la volte-face grecque avec la décision du Premier ministre grec de recourir à un référendum pour valider un accord conclu aux forceps la semaine dernière avec l'Union Européenne pour éviter la faillite de son pays. Aujourd'hui, alors que le G20, qui s'est ouvert ce matin à Cannes en présence d'une vingtaine de chefs d'Etat, patauge dans la pluie et s'enlise dans la crise de la dette grecque, c'est la BCE qui crée la surprise. A l'heure du déjeuner, la Banque Centrale Européenne, connue pour rester ferme sur les taux, a annoncé impromptu une baisse de son taux directeur de 0,25% qui le place désormais à 1,25%. Une décision qui n'avait jusqu'à présent nullement été évoquée à brève échéance.

Du même coup, les marchés financiers européens ont retrouvé de l'optimisme et ont accéléré leur reprise. Ils avaient sombré dans la dépression, mardi, à l'annonce du référendum grec. A la clôture du 1er novembre, Paris avait lâché 5,38%, Francfort 5%, Milan 6,80%, Madrid 4,19% et Athènes 6,92%. Hier, ils étaient restés dans l'incertitude. Ce matin, alors qu'une nouvelle descente aux enfers était à craindre, ils avaient commencé à reprendre du terrain dans l'espoir d'une démission de Georges Papandréou, le Premier ministre grec. L'annonce surprise d'une baisse des taux européens a dopé cette reprise. Ainsi à 14h30, le CAC 40 progressait de 2,50% après une courte pointe à 3% de hausse.

Nouveau gouverneur de la BCE, l'Italien Mario Draghi devait ainsi donner à 13h30 sa première conférence de presse à ce poste de Francfort, en Allemagne, au siège de la banque centrale. Cela, avant de regagner Cannes pour participer au sommet des pays du G20 où la crise de la zone euro n'en est pas pour autant réglée et pourrait tenir encore aujourd'hui et demain le devant de la scène médiatique.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011