ShareThis

GIEC : ce terrifiant rapport sur le climat qui sera dévoilé à Monaco

C'est un rapport qui s'annonce terriblement alarmant et dont les médias se sont déjà fait l'écho qui sera au cœur de la 51e session Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) qui se tiendra à Monaco du 20 au 23 septembre. Baptisé "Océan, Cryosphère et Changement climatique", il dessine les impacts du changement climatique et pose une question : et si les océans devenaient nos pires ennemis ?

C'est, à Monaco, une réunion d'experts sur le climat qui devrait faire date dans le monde. Il s'agit de la 51e session Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Elle aura lieu du 20 au 23 septembre au Grimaldi Forum et au Musée océanographique de Monaco et portera sur un sujet hautement explosif : le rapport spécial du GIEC "Océan, Cryosphère et Changement climatique". Ce rapport évalue les processus physiques et les impacts des changements climatiques sur les écosystèmes océaniques, côtiers, polaires et de montagne. Il étudie également les conséquences pour les communautés humaines et les options permettant aux populations de s'adapter aux changements liés au climat pour un avenir plus durable.

Ce qui en a filtré donne déjà froid dans le dos. Si rien n'est fait pour un grand coup de frein aux émissions de gaz à effet de serre, les océans, sources de vie sur Terre, pourraient devenir nos pires ennemis à l'échelle mondiale prévient-il. Suivant ce qui a filtré dans les médias en cette fin de semaine, les réserves de poissons pourraient décliner, les dégâts causés par les cyclones se multiplier tandis que 280 millions de personnes sont menacées de déplacement à cause de la hausse du niveau des mers. Quant aux dégâts causés par les inondations, ils pourraient être multipliés par 100, voire jusqu'à 1.000 d'ici 2100.

C'est ce rapport qui sera examiné à Monaco pendant trois jours et rendu public lors d'une conférence de presse, le 25 septembre au Musée Océanographique. Le GIEC, dans le cadre de son 6ème cycle d’évaluation, a déjà publié en octobre 2018 un rapport spécial sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5°C puis, en août 2019, un rapport spécial sur le changement climatique et terres émergées portant sur le changement climatique, la dégradation des terres et la sécurité alimentaire.

Ce nouveau rapport spécial sur l’océan et la cryosphère dans un contexte de changement climatique sera le troisième rapport spécial de ce cycle. Et il s'annonce comme tout aussi alarmant.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011