ShareThis

Gilets Jaunes : Edouard Philippe suspend les mesures fiscales contestées

Suspension pour six mois de la hausse de la fiscalité sur le carburant, gel des tarifs de l'électricité et du gaz pendant tout cet hiver, suspension du durcissement du contrôle technique automobile : le Premier ministre a annoncé à l'heure du midi la suspension de ces trois mesures fiscales qui devaient intervenir au 1er janvier 2019 et qui étaient vivement contestées par les gilets jaunes. Une autre mesure fiscale, elle aussi source de crispation a été suspendue : l'augmentation des taxes prévues sur le gazole non routier (GNR) utilisé entre autres par les entreprises de travaux publics. Pour sortir de la crise qui bloque le pays depuis le 17 novembre et à l'approche de la phase IV du mouvement prévue samedi, Edouard Philippe, jusqu'alors inflexible, a fait un premier pas concret pour répondre aux revendications des manifestants.

Pas sûr cependant que cela suffise aujourd'hui. Si cette annonce avait été faite le soir du 17 novembre, il y a fort à parier qu'elle aurait désamorcé la crise qui met toute l'économie du pays à mal. Mais en début d'après-midi, à l'écoute des premières réactions des gilets jaunes, il apparaît que ces premières mesures concrètes risquent de ne plus être à même d'éteindre une colère qui depuis est montée d'un cran. Un peu partout en France d'ailleurs, les appels pour se mobiliser un quatrième samedi de suite ont pour l'instant été maintenus.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011