ShareThis

Immobilier : s'enrichir par le crédit avec des taux inférieurs à l'inflation

Dans son baromètre, la Centrale de Financement confirme la poursuite de la baisse des taux d'emprunt sur septembre (tout particulièrement sur 20 ans), tandis que les durées de 15 ans passent pour la première fois cette année sous la barre symbolique des 1 %. Des conditions d'autant plus exceptionnelles au regard d'une inflation de l'ordre de 1,8% !

Le dernier baromètre de La Centrale de Financement confirme la poursuite de la baisse des taux pour les emprunts immobiliers. Le titre de ce baromètre daté d'aujourd'hui, jeudi 29 août, se veut même légèrement provocateur en posant la question : "Des taux inférieurs à l'inflation pour un enrichissement par le crédit ?". A l'approche de septembre, la baisse des taux d'emprunts est tout particulièrement significative sur 20 ans, "qu'il s'agisse des taux moyens constatés ou des meilleurs taux, destinés aux profils bénéficiant des meilleurs dossiers".

Les candidats à l'accession pourront ainsi, en septembre, bénéficier de conditions plus attractives avec -0,09% sur les taux moyens constatés et jusqu'à -0,18% pour les meilleurs dossiers, note la Centrale. Quant aux durées de 15 ans, elles passent pour la première fois cette année sous la barre symbolique des 1 % avec des taux d'emprunts moyens à 0,95 %.

Des conditions exceptionnelles au regard de l'inflation, est-il aussi souligné. "En 2018, le taux d'inflation était de 1,80 % et pour 2019 on prévoit un taux aux alentours de 1,20 %. Un emprunteur qui souscrirait un crédit immobilier à taux fixe, sous l'impact de l'inflation et sous réserve que son salaire progresse, verra ainsi le poids de sa mensualité de remboursement diminuer."

"Ainsi, pour une mensualité de 950 euros et un salaire de 3 500 euros par mois qui progresserait au même rythme que l'inflation, de 1,50 % en moyenne sur 5 ans, l'emprunteur verrait son endettement passer de 27% à 24% en seulement 5 ans !"

Pour Sylvain Lefevre, Président de La Centrale de Financement, le 12 septembre 2019 sera une date charnière. La Banque Centrale Européenne devrait en effet annoncer ses mesures de soutien à l'économie, qui devraient s'avérer très accommodantes et aller dans le sens de la poursuite de la baisse des taux. Mais pas question pour autant de parler de taux négatifs. Pour lui, "les taux, aujourd'hui inférieurs à l'inflation, permettent déjà un enrichissement par le crédit. Des modèles plus extrêmes, tels que ceux appliqué notamment par le Japon et par l'Allemagne n'ont pas jusqu'à présent fait leurs preuves, et notre système bancaire français n'est pas prêt pour un tel choc.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011