ShareThis

InnovaGrasse : la nouvelle fournée high tech de la pépinière

Coup de flash sur les onze start-up accueillies en 2016 par la pépinière du Pays de Grasse : de l'incroyable Whisky Project pour la création d'une distillerie grassoise suivant les savoir-faire de la parfumerie à ZiBlue qui révolutionne le marché de la domotique, toute une palette de jeunes pousses innovantes sur les terrains des biotechnologies, de la santé, de l'électronique, de la cosmétologie, de la microélectronique.

S'il est un lieu qui a permis à Grasse d'être un territoire moteur en matière d'entreprises innovantes et l'un des quatre piliers de la French Tech Côte d'Azur avec la Métropole Nice Côte d'Azur, Sophia Antipolis et Cannes, c'est bien InnovaGrasse. La pépinière d'entreprises du Pays de Grasse se révèle aujourd'hui attractive, pour les jeunes pousses innovantes non seulement dans le domaine du parfum, de la chimie fine, des biotechnologies ou de l'alimentaire mais également dans les TIC et les semiconducteurs.

Une offre résolument scientifique

Ouverte en 2010, InnovaGrasse se distingue en effet des autres pépinières de la Côte d'Azur par une offre résolument scientifique. Elle combine des locaux adaptés (laboratoires d’expérimentation), un accompagnement ciblé de chaque porteur de projets, des partenariats avec des incubateurs et particulièrement PACA-Est, et la proximité immédiate avec des organismes académiques et de recherche.

Dans les deux derniers étages de l’Espace Jacques-Louis Lions (une ancienne usine de parfum réaménagée) qu'elle occupe, sont en effet également localisées des formations universitaires en chimie verte de l’Université Sophia Antipolis (étudiants et chercheurs) et le laboratoire de recherche ERINI sur les ingrédients naturels en lien avec le CNRS (équipements de R&D de point à destination des entreprises). La présence de ces entités dans un même lieu ouvre sur une fertilisation croisée entre la création d’entreprise, la recherche et l’enseignement. D'où des projets hybrides à très fort potentiel d’innovation aux frontières de la santé et de l’électronique par exemple ou encore dans les biotechnologies.

De la filière PASS à la filière TIC

La récente présentation des 11 start-up qui ont rejoint la pépinière en 2016 (sur un total de 24) en témoigne. Certes le secteur de la parfumerie reste en pole position pour ceux qui se lancent à la fois dans la création de nouveaux parfums et lignes de produits parfumés ou utilisent le savoir-faire de la parfumerie dans d’autres secteurs d’activité. Quelque 68% des entreprises actuellement hébergées dans la pépinière représentent d'ailleurs la filière PASS (Parfum, Arôme, Senteur, Saveur). Mais l'on retrouve également de belles pépites qui ressortent du secteur des semiconducteurs, électronique, TIC. Autant de potentielles success stories à l'image de Feeligreen, ECoat, Gridbee qui ont pu s'envoler l'an dernier suite à de belles levées de fond.

Dans la nouvelle fournée 2016, se sont déjà distinguées ZiBlue (solutions pour le "smart home") qui va s'envoler au CES de Las Vegas début janvier sous l'aile du Pôle SCS, ou Ixarys (logiciels pour gestion de données) ou Informatics for Bio-Companies, lauréat de la Fondation Unice. A retenir aussi l'incroyable The Whiskey Project, qui vise à la création à Grasse d'une distillerie de whisky et gins parfumés ou encore Inno-Sens, en partenariat également avec l’Université (Master FOQAL) sur le créneau des applications et scénographies faisant appel aux stimulations sensorielles.

Autant de recrues 2016 qui se présentent comme des entreprises à haute valeur ajoutée avec une capacité de génération d’emplois sur le territoire. La plupart d'entre elles ont d'ailleurs déjà, au sortir de la pépinière, intégrer l’hôtel d’entreprises que Grasse fait construire au sud de la ville, sur les terrains d'Aromagrasse. Une nouvelle structure qui devrait être terminée en 2017 et qui constituera le deuxième étage de la fusée innovation du Pays de Grasse.

  • Sur la photo ci-dessus, les porteurs des onze start-up arrivées en 2016, en compagnie du maire de Grasse, Jérôme Viaud.
     

Les onze petits nouveaux d'InnovaGrasse

- Beaud’O. Raymon Henshen a créé Beaud’O et rejoint la pépinière en avril. Son objectif est de créer et distribuer des parfums originaux. En 2016, en collaborant avec d’autres entreprises d’Innovagrasse, il a ainsi lancé deux jus : Schikkimikki et MoMo Delux qu’il souhaite commercialiser.

- L’Artuby. Catherine Brunet a quitté le notariat pour se lancer dans l’entreprenariat. Elle vient de créer L’Artuby, une entreprise d’objets Parfumés. Elle travaille actuellement sur le lancement d’une ligne de produits parfumés pour le bain. Le savoir-faire de la filière Parfums, Arômes, Saveurs et Senteurs (PASS) peut aussi alimenter des secteurs complémentaires (agro-alimentaire, Bien-être, cosmétique et dermatologie).

- The Whiskey Project. Baghat Reddy, indien de la région de Bombay, porte un projet original. Féru de whiskies et gins, il souhaite ouvrir sur Grasse une distillerie de whisky et gins parfumés qui utiliserait les processus de distillerie innovants empruntés à la parfumerie. Pour ce faire, il est hébergé à InnovaGrasse depuis le premier septembre, est en cours de développement de partenariat avec l’Université et recherche activement des locaux qui pourront abriter sa distillerie.

- Ino-Sens. Christian Muller, Laurence Fanuel et BSP-ConsulTmoi ont intégré InnovaGrasse en coworking en mai, puis en hébergement permanent en octobre. En créant Ino-Sens, ils souhaitent développer des applications et des scénographies faisant appel aux stimulations sensorielles et destinés à améliorer le bien-être des utilisateurs. Comme pour le "Whiskey project", Ino-Sens travaille en partenariat avec l’Université (Master FOQAL) afin de développer ses applications innovantes.

- ION Laboratoires. Portés par l’incubateur PACA-Est, Niamh Coghan, venue d’Irlande et François Montcriol ont leur laboratoire. Il collabore étroitement avec la recherche, est en phase de négociation pour un projet de recherche fondamentale avec l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Tous deux créent et commercialisent une gamme de produits dermatologiques dépigmentants. Membres du Réseau Entreprendre, ils aident à lutter contre les masques de grossesse et autres manifestations de pigmentation de la peau.

- LifeScientis. Après une vingtaine d’années d’expérience en toxicologie et endocrinologie, le Dr.Franck Chuzel a créé une entreprise qui souhaite répondre aux besoins critiques des acteurs du paysage des sciences de la vie pour une meilleure maitrise de l’efficacité des traitements et pour leur sécurité d’utilisation. LifeScientis se propose d’adresser l’évaluation du risque toxicologique sous son offre LifeScientis Consulting® et d’adresser l’efficacité des traitements par le développement d’activités R&D complémentaires sous son offre LifeScientis Biotechnologies®. Ces activités concernent d’une part la caractérisation du comportement d’agents actifs aux interfaces biologiques (activité actuellement positionnée à Lyon) et d’autre part la mise en place de systèmes non organiques de délivrance de médicaments (en particulier dans le domaine du cancer). Sur Grasse est développée cette activité de Biotechnologie, ainsi que les consultations en toxicologie.

- Vectorial Laboratoires. Fondé par François Blua en 2015, c'est un laboratoire de Recherche et Développement spécialisé dans la mise au point de nouveaux types de "nutriments" à destination de l’Animal comme du Végétal. Ces nutriments sont destinés à augmenter le seuil de tolérance aux molécules de synthèse comme les pesticides et antibiotiques. Cette "nutrition adaptée" apportera des éléments nutritionnels permettant d’optimiser l’utilisation des produits issus de la chimie et ainsi répondre à la Directive Européenne visant à les limiter ou mieux les utiliser.

- Green Molecular Response. Julien Lesage, 22 ans a créé en 2015 "Green Molecular Response" (GMR), une entreprise commercialisant de la biomasse biotechnologique (micro algues/ micro bio), exploitant des coproduits d’éclaircissage (bourgeons, fleurs, jeunes fruits …) et permettant de valoriser ainsi de nombreuses filières fruits/fleurs, proposant un sourcing de matières naturelles inexploitées. Avec InnovaGrasse, il se rapproche du marché des arômes et senteurs.

- Ixarys. Ixarys a rejoint InnovaGrasse au co working en mai 2016, cette entreprise varoise propose des logiciels et solutions logiciels pour le stockage, l’analyse et l’amélioration des données particulièrement prisées par le secteur viticole, agroalimentaire et aéronautique. Concept innovant avec une production pour garantir une parfaite traçabilité. Ixarys a été nommée pour le trophée de l’innovation 2015.

- ZiBlue. La société a été sélectionnée par le Pole SCS pour participer au "Consumer Electronic Show" (CES) de Las Vegas en janvier 2017 au "Eureka Park Marketplace". Son fondateur, Laurent Perez a rejoint la pépinière en mai 2016 en lançant ZiBlue. Sa solution ZMARTinside™ libère le marché de la domotique, en la rendant accessible à tous. ZMARTinside est la première solution mondiale permettant à n’importe quelle maison de devenir Smart en quelques secondes et d’éliminer les barrières protocolaires. L’utilisateur devient libre d’intégrer l’objet ou la solution qu’il choisit, d’obtenir un support-client communautaire et d’intégrer les objets connectés sur une seule plateforme. De ce fait, la Smart Home n’est plus une option coûteuse et compliquée, elle devient un standard.

- Informatics for Bio-Companies. Alexandre Carré et Dorian Lombard, deux étudiants entrepreneurs (Cycle Ingénieur en Génie Biologique, Spécialité Bio-Informatique à Polytech Nice Sophia) ont créé Informatics for Bio- Companies (IBC), une société de bio-informatique. Proposant des services informatiques sur mesure aux laboratoires de recherche ils ont cherché à innover dans le domaine de l’informatique en laboratoire en proposant un service de "script minute", permettant d’automatiser les actions de l’utilisateur, qui se résume à la création de programmes rapides, efficaces et simples d’utilisation afin de répondre dans les plus brefs délais aux besoins des chercheurs. Lauréats (3eme place leur assurant un prix de 10 000 euros) du Concours de la Création d’entreprise de la fondation UNICE, ils représentent cette nouvelle génération d’entrepreneurs qui lance ses projets en étant encore sur les bancs de l’Université.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011