ShareThis

INRA : un livre pour repenser la protection des cultures

A l'heure de la "protection intégrée des cultures" en tant que standard européen, les chercheurs du centre INRA Provence-Alpes-Côte d’Azur, spécialistes de la santé des plantes, agronomes, écologues mais aussi économistes et sociologues, proposent un guide pour les professionnels, les conseillers et les décideurs politiques et ouvrent le chemin vers un modèle d'agriculture plus durable.

La période actuelle représente un tournant majeur pour l’agriculture à la recherche d’un modèle plus durable. Aujourd’hui, la réduction de l’utilisation des pesticides est devenue un enjeu de société. Mais quelles solutions s’offrent aux agriculteurs pour assurer la santé de leurs cultures en s’adaptant aux nouvelles exigences réglementaires et en appliquant les principes de la "protection intégrée des cultures", adoptée comme standard européen ? Les chercheurs du centre INRA Provence-Alpes-Côte d’Azur, spécialistes de la santé des plantes, agronomes, écologues mais aussi économistes et sociologues, ont participé à la rédaction du livre "Repenser la protection des cultures - Innovations et transitions".

Le résultat des recherches menées sur la protection intégrée

Dans cet ouvrage, sont présentés leurs travaux de recherche menés sur la protection intégrée, aux côtés des professionnels, dans les vergers de la basse vallée de la Durance et sur le domaine expérimental de l’Inra Gotheron (Valence). Composante d’une production végétale plus durable, la protection intégrée des cultures préconise le recours à des combinaisons judicieuses de techniques culturales et alternatives (produits de biocontrôle, protection physique) et de méthodes faisant appel à des processus écologiques (régulation biologique des ravageurs, stimulation des défenses naturelles des plantes, maintien de la biodiversité fonctionnelle…) ainsi qu’à l’utilisation de variétés résistantes, les pesticides n’étant utilisés qu’en dernier recours.

Elle met aussi l’accent sur la prévention, qui implique par exemple en verger d’agir sur l’architecture des arbres, sur la litière de feuilles au sol ou encore de raisonner la distribution des variétés et des espèces dans le paysage pour diminuer les risques de développement des maladies et des ravageurs.

Réduire l'utilisation des pesticides en maintenant la qualité des fruits

Depuis 2006, les scientifiques de l’unité de recherche "Plantes et Systèmes de culture Horticoles" du centre INRA PACA, ont mis en place une zone d’observations en basse vallée de la Durance sur plus de 50 vergers de pommiers et de poiriers appartenant à une trentaine d’exploitants. Au sein de cette zone d’environ 70 km², ils étudient l’impact de la distribution spatiale des parcelles cultivées et des espaces semi-naturels d’une part, et des pratiques des arboriculteurs, notamment en matière de protection phytosanitaire, d’autre part, sur la qualité environnementale des vergers (approches d'écotoxicologie et mesures de biodiversité) et sur les services écologiques de régulation des bioagresseurs (abondance et structure génétique des populations de certains ravageurs et de leurs ennemis naturels).

Les résultats expérimentaux obtenus dans l'essai système BioREco de l'Inra Gotheon montrent comment la protection intégrée permet de réduire le recours aux pesticides tout en maintenant la qualité des fruits. Ils en soulignent également les limites techniques actuelles et identifient un besoin d’enrichir la diversité des solutions à la disposition des agriculteurs.

Faciliter la transition vers de nouvelles formes de protection des cultures

Les auteurs de l’ouvrage vont également plus loin dans l’identification des "verrous" à lever pour faciliter la transition vers de nouvelles formes de protection des cultures, en croisant leurs regards d’agronomes, de biologistes, d’écologues et de chercheurs en sciences humaines. En comparant les systèmes de production du blé et de la pomme, ils mettent en perspective les dimensions techniques, économiques et sociologiques : là où les agronomes se confrontent à l’enjeu de reconcevoir et d’évaluer des systèmes en rupture, les sociologues montrent la progressivité des trajectoires d’innovation et les interdépendances à l’oeuvre entre les pratiques des agriculteurs et le cadre social dans lequel ils évoluent.

Le livre "Repenser la protection des cultures" se veut être un guide pour les professionnels, les conseillers et les décideurs politiques et propose des pistes pour impulser durablement les transitions vers la protection intégrée des cultures.

En pratique

  • "Repenser la protection des cultures - Innovations et transitions". Pierre Ricci, Sibylle Bui et Claire Lamine (coord.), Educagri éditions et éditions Quae, coll. Sciences en partage, déc. 2011, 256 pages, 25 €.

Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011