ShareThis

Inria Sophia : l'imagerie par corrélation croisées

Sur le thème "A l’écoute du bruit – L’imagerie par corrélations croisées", Josselin Garnier (Université de Toulouse - Paul Sabatier) animera le prochain colloquium Jacques Morgenstein, mardi 20 mars à 11 heures dans l'Amphithéâtre d'Inria, site de Sophia Antipolis. Sa présentation sera faite en français. En résumé, les techniques d’imagerie classiques utilisent des ondes pour sonder un milieu inconnu et sont employées pour des applications médicales (échographie) ou géophysiques (séismologie) par exemple. Ces ondes sont émises par des réseaux de sources et après propagation dans le milieu elles sont enregistrées par des réseaux de récepteurs.

Ces techniques sont généralement mises en défaut lorsqu’on les utilise dans des milieux diffusants contenant des inhomogénéités aléatoires, car les signaux cohérents venant des réflecteurs à imager et enregistrés par les réseaux de récepteurs sont souvent noyés par les signaux incohérents venant des diffuseurs. L’analyse stochastique et multi-échelles permet de comprendre la situation et de proposer des fonctions d’imagerie originales.

Ces nouvelles fonctions d’imagerie à base de corrélations croisées permettent d’exploiter des signaux traversant des milieux très complexes, et aussi d’utiliser des signaux issus de sources de bruit ambiant. La possibilité d’utiliser des sources opportunistes ou des sources incontrôlées de bruit ambiant au lieu de sources actives contrôlées est évidemment très excitante d’un point de vue théorique, car elle remet en cause la distinction habituelle signal/bruit, et d’un point de vue pratique, par exemple en séismologie, où la rareté des sources (les séismes) et l’impossibilité de les contrôler a toujours été un facteur limitant.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011