ShareThis

Intelligence Artificielle : l'Université Côte d'Azur recevra son 3IA !

C'est oui. Le projet 3IA Côte d’Azur de création d’un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) porté par UCA, le CNRS et Inria a été labellisé aujourd'hui par le jury international dans le cadre du programme national pour l’intelligence artificielle. L'Institut azuréen sera centré autour des applications concernant la santé et la biologie numérique et les territoires intelligents.

La réponse était attendue vendredi dernier. Elle est tombée aujourd'hui mercredi 24 avril : c'est oui! Le projet 3IA Côte d’Azur de création d’un Institut Interdisciplinaire d’Intelligence Artificielle (3IA) porté par Université́ Côte d’Azur, le CNRS et Inria a été labellisé par le jury international aujourd'hui dans le cadre du programme national pour l’intelligence artificielle. La labellisation, avec un budget alloué de 16 M€, supérieur aux 13,5 M€ envisagés, vient d'être annoncée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

La seconde étape passée avec succès

Une première étape avait été franchie en novembre dernier avec la présélection nationale de quatre projets dont celui du 3IA Côte d'Azur (les projets de Grenoble, Toulouse et Paris avaient également, autres hauts-lieux de l'IA avaient également été retenus). Il restait cependant à confirmer la seconde étape qui avait demandé de détailler le projet et de le soumettre devant un grand jury international. Une délégation azuréenne était ainsi montée à Paris le 11 avril dernier pour défendre la candidature.

Une délégation jeune "sans doute plus axée que d’autres sur les compétences que les situations, plus ancrée sur le sujet même de l’Intelligence Artificielle que sur le cadre politique local" a relevé Jean-Marc Gambaudo, président d'UCA en soulignant "l’adhésion et la convergence de vue de tous les acteurs au projet".

Un projet qui a réuni les principaux acteurs du site

Car porté par Université Côte d’Azur, la force de ce projet d’institut, aura été de réunir l'ensemble des acteurs principaux du site. On y retrouve les grands acteurs académiques, scientifiques, technologiques comme le CNRS, Inria, Inserm, EURECOM, MINES ParisTech, SKEMA Business School avec le soutien du CEA, du CHU de Nice, du CSTB, du CNES, de Data Science Tech Institute et de l’INRA. Mais, condition également sine qua non de la labellisation, le projet a également été fortement soutenu par les entreprises et les collectivités. Plus de 60 entreprises du territoire comme Accenture, Amadeus, ARM, Blu Manta, Doriane, inHEART, NXP, Renault, SAP, Thales et Therapixel se sont engagées à fond ainsi que les collectivités locales et en particulier la CASA (Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis).

Cette labellisation s’inscrit aussi dans une dynamique de site portée par Université Côte d’Azur depuis 2012 et la labellisation de ses premiers laboratoires d’excellence (Labex) et confirmée par l’obtention du label Initiative d’excellence en 2016 qui la place parmi les 10 meilleures universités françaises de classe mondiale.

L'IA appliquée à la santé, la biologie numérique et les territoires intelligents

Le projet du 3IA Côte d’Azur reposera sur 4 axes scientifiques :

  • l’intelligence artificielle fondamentale : statistiques, machine et deep learning
  • l’intelligence artificielle au service de la médecine computationnelle
  • la biologie computationnelle et l’IA bio-inspirée
  • l’IA et les territoires intelligents et sécurisés

Le 3IA Côte d’Azur sera ainsi centré autour des applications concernant la santé et la biologie numérique et les territoires intelligents.

Un programme ambitieux de 25 chaires pour débuter

En quoi consistera-t-il ? D'abord dans un programme ambitieux de 25 chaires pour débuter puis de 5 chaires supplémentaires par an. Cela permettra de constituer le noyau scientifique de l’institut et d’accroitre l’attractivité du site tandis que le programme innovation du projet implique 62 grandes entreprises, PME et startups, majoritairement implantée dans la Région Sud.

Ensuite dans un programme de formation avec un objectif de doubler le nombre de personnes formées à l’intelligence artificielle. Une attention particulière est portée au volet international du projet à partir du développement de coopérations avec les partenaires privilégiés d’Université Côte d’Azur comme par exemple l’Université de Laval à Québec (Canada) très investie dans les défis liés à l’intelligence artificielle.

Une nouvelle vision de Sophia Antipolis se construit

Le 3IA Côte d’Azur sera situé sur le Campus Sophia Tech au sein de la première technopole d’Europe qu’est Sophia Antipolis. Au travers de cette création, une nouvelle vision de Sophia Antipolis se construit, où travaillent de façon horizontale entreprises, université et collectivités locales.

Au-delà du territoire sophipolitain, c’est l’ensemble des acteurs du territoire qui bénéficiera de cette dynamique : la Métropole Nice Côte d’azur avec son positionnement très actif sur le thème de la ville intelligente, le département des Alpes Maritimes et sa Maison de l’Intelligence artificielle en collaboration avec la CASA et UCA, ou encore les réflexions actuelles de la ville de Cannes autour de l’IA. Plus de détails seront donnés lundi 29 avril à l'occasion d'une conférence de presse au Campus SophiaTech.

  • Voir les autres articles sur ce sujet : Tag 3IA

Ce qu'ils en disent

- Jean-Marc Gambaudo, Président d'UCA. "Il s’agit de l’aboutissement d’un long travail de mise en place et de concertation entre Université Côte d’Azur, les partenaires socio-économiques et les collectivités locales qui a commencé bien avant le rapport de Cédric Villani et l’annonce du Président Macron. Le porteur du projet, David Simplot a enclenché une dynamique collective. Tous les acteurs mobilisés (Université, Inria, CNRS, Inserm, INRA, EURECOM, MINES ParisTech) ainsi que les entreprises, ont travaillé main dans la main avec Université Côte d’Azur."

- David Simplot, directeur du centre de recherche Inria Sophia Antipolis - Méditerranée et porteur du projet 3IA Côte d’Azur. "Ce qu’il faut retenir du projet 3IA Côte d’Azur, c’est avant tout qu’il a été porté par l’ensemble des membres de l’enseignement supérieur et de la recherche du territoire pour lesquels la recherche en intelligence artificielle est un axe important et que les entreprises se font très fortement mobilisées sur le dossier ce qui correspond à l’ADN de l’écosystème. Le travail ne fait que commencer et les prochaines étapes sont la mise en place des chaires 3IA mais aussi les groupes de travail permettant de monter en puissance sur les sujets interdisciplinaires, notamment en coordination avec l’Inserm et l’INRA sur les sujets de la santé et de la biologie. Sur les "smart territoires", notre défi est de réussir à faire monter et à attirer des talents pouvant candidater sur des chaires 3IA."

- Jean Leonetti, président de la CASA. "Demain, avec la volonté des gouvernants, l’intelligence artificielle sera encore plus que jamais au cœur de toutes les tâches de notre quotidien. Comme Sophia Antipolis a historiquement su le faire avec la micro-électronique, les télécommunications, le numérique et l’internet, nous démontrons qu’aujourd’hui encore notre technopole possède les atouts nécessaires pour aborder cette nouvelle ère de l’IA, et pour intégrer les tendances profondes de la technologie".

- Christian Estrosi, président de la Métropole. "Cette sélection est une formidable nouvelle pour l’attractivité universitaire, scientifique et économique de notre territoire. En accueillant l’institut 3IA, Nice Côte d’Azur, smart city mondiale reconnue, va confirmer son rôle moteur dans le rayonnement industriel de la France et dans la maîtrise et l’exploitation de la révolution technologique majeure que constitue l’Intelligence Artificielle."


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011