ShareThis

Kalray annonce son projet d'introduction en bourse

Après avoir terminé début mai le bouclage d'une levée de fonds de 23,5 M€, Kalray, start-up grenobloise présente à Sophia Antipolis, vient d'annoncer son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth. La société, qui vise un chiffre d'affaires de plus de 100 M€ en 2022, veut ainsi se donner les moyens de mettre en œuvre une stratégie de développement ambitieuse sur le créneau des processeurs dits "intelligents" pour les marchés des véhicules autonomes, de la santé ou encore des drones et robots.

Pionnier des processeurs dédiés aux nouveaux systèmes intelligents, Kalray, start-up grenobloise présente à Sophia Antipolis, cherche à avancer aussi vite que ses processeurs. Après avoir bouclé une levée de fonds de 23,5 M€ début mai, la société annonce aujourd'hui son projet d’introduction en bourse sur Euronext Growth. Celà à travers l'enregistrement du document de base, première étape du processus. De quoi accélérer l'aventure, commencée en 2008 à travers un essaimage du CEA, autour de la conception et de la commercialisation d'une nouvelle génération de processeurs dits "intelligents" pour le marché des véhicules autonomes, de la santé ou encore des drones et robots.

Un objectif de chiffre d'affaires de plus de 100 M€ en 2022

La société, qui a lancé la commercialisation de ses processeurs pour valider sa technologie, assure qu'elle est prête désormais à aborder avec ses clients une nouvelle étape majeure de son développement : la montée en puissance, dès 2019, du déploiement commercial à grande échelle de produits utilisant les processeurs Kalray. Un objectif de chiffre d’affaires supérieur à 100 M€ est fixé pour 2022.

Kalray s’appuie notamment sur une organisation agile et une capacité à passer à une production à grande échelle facilement grâce à un modèle "fabless" permettant d’externaliser toute la production, en particulier auprès du leader mondial TSMC. Le projet d’introduction en bourse s’inscrit aussi dans cette ambition. Il s'agit de doter la société des moyens nécessaires à la mise en œuvre d'une stratégie de développement qui devrait la mener à un résultat d’exploitation retraité à l’équilibre dès 2020. L'introduction en bourse devrait également renforcer sa crédibilité vis-à-vis de ses clients, dont de très grands groupes industriels mondiaux, quant à la capacité de les approvisionner en grands volumes sur des marchés mondiaux appelés à connaître un rythme de croissance soutenu.

Le site de Sophia vise le marché du véhicule intelligent

Piloté par Eric Baissus, un serial entrepreneur sophipolitain (ancien de TI, il avait créé Open Plug, revendu en 2011 à Alcatel-Lucent), Kalray est présente sur la technopole depuis septembre dernier, date à laquelle elle a ouvert un centre de Recherche et Développement au Business Pôle. Ce centre se concentrera sur les véhicules autonomes, un secteur pour lequel Sophia Antipolis affiche de grandes ambitions.

Sur ce marché du véhicule intelligent, le processeur de Kalray est aujourd’hui en phase d’évaluation chez cinq constructeurs parmi le Top 10 mondial, souligne la société. Son processeur est notamment intégré dans le projet définissant la nouvelle architecture électronique de tous les véhicules d’un constructeur figurant dans le Top 3 mondial. Cette dynamique s’est traduite par un soutien financier et stratégique fort de leaders industriels.

Les acteurs du capital-risque engagés aux côtés de Kalray (ACE Management, CEA Investissement, EUREKAP! et Inocap Gestion) ont ainsi été rejoints depuis 2017 par les fonds d’investissement de Safran, MBDA (joint-venture entre Airbus, BAE Systems et Leonardo), le fonds d’investissement asiatique Pengpai. Plus récemment, lors de la dernière tranche de la levée de fonds, sont venus Alliance Ventures de Renault-Nissan-Mitsubishi et le fonds Definvest, géré par Bpifrance pour le Ministère des Armées. Des soutiens qui, pour Kalray, constituent de nouvelles validations de sa technologie et la crédibilisent aujourd'hui pour cette nouvelle étape.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011