ShareThis

La disparition de Bernard Spindler (RMC), un seigneur de la radio

Voix de légende sur RMC et TMC pendant une trentaine d'années, Bernard Spindler est décédé vendredi matin à Nice. Alors qu'une cérémonie religieuse est célébrée aujourd'hui mardi à 15h30 en la cathédrale de Monaco, Paul Barelli, président du Club de la presse 06, correspondant du Monde à Nice, rend hommage à celui qu'il qualifie de "seigneur de la radio".

Une voix chaleureuse résonne dans des centaines d’autoradios branchés sur la fréquence 14 00 mètres Grandes Ondes de RMC. Nous sommes au cœur des années soixante-dix, col de Turini, lors d’une de ces nuits magiques du Rallye de Monte Carlo. Ce timbre de voix singulier de Bernard Spindler, des milliers d’auditeurs l’ont encore dans l’oreille quarante ans plus tard.

C’est cela la magie de la radio. Bernard Spindler se métamorphosait en magicien. Dès que la lumière rouge du direct s’allumait ses yeux pétillaient ! Je n’oublierai jamais sa capacité d’improvisation. Le 11 juin1979, à 6h55 une dépèche de l’Afp annonce la mort de l’acteur américain John Wayne. Je présente les titres du journal au micro. Bernard Spindler improvise avec brio un portrait qui semble écrit, de l’acteur, l’œil sur la pendule. Il s’était fixé 50 secondes. Il remplit à la seconde près sa mission

Cet homme, à la culture éclectique s’exprimait dans un français châtié, dénué de toute familiarité goguenarde très en vogue depuis que la tyrannie de l’audimat justifie le pire.

Plus qu’une grande voix de Radio Monte Carlo dont il a contribué à l’essor où il avait débuté journaliste dans les années soixante, Bernard Spindler, décédé à Nice à 77 ans, était un seigneur de l’information. Il respectait les auditeurs sans faire appel aux ressorts de la démagogie.

Autodidacte exigeant pour lui-même et pour les autres, cet homme à la passion chevillée au corps a donné sa chance à de nombreux jeunes journalistes- dont certains sont encore aujourd’hui à l’antenne de RMC, station dont il suivait encore attentivement l’évolution.

Et si votre serviteur s’est passionné pour le journalisme radio c’est grâce à des "modèles" tels que Bernard Spindler. A RMC, ce journaliste au talent hors du commun a occupé maintes fonctions : reporter, rédacteur en chef du service des sports et des informations générales, présentateur des journaux de la mi-journée.

Passionné de sport automobile, notamment de rallye, il a été l’auteur de plusieurs films sur ce sujet et avait également pris en charge la diffusion de la Formule 1 sur la "Cinq", au début des années 1990.

Comme l’a souligné Automoto New : "un monument s’en est allé !" Personnage estimé à Monaco, il a présidé de 2006 à 2012 le Press Club. Féru d’histoire, Bernard Spindler a également écrit de nombreux romans et essais. 

Il figure parmi les voix prestigieuses de l’histoire de la radio. Sans doute va-t-il retrouver, dans un autre monde, d’autres grands professionnels : les Jacques Chancel, Jacques Paoli, Alain Decaux, Gérard Sire, Pierre Bouteiller et tant d'autres. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Si vous passez, une nuit dans le col de Turini,  tendez l’oreille. Qui sait ? Vous entendrez,  peut-être la voix de Bernard Spindler.

Paul Barelli


Spindler

Merci pour ce bel hommage à cet homme de sport et de culture.
Je n'ai pas oublié les nuits du Turini...
Rip

Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011