ShareThis

Le Festival de Cannes a dévoilé sa sélection

Le Festival de Cannes a dévoilé sa sélection ce matin à Paris. 19 films brigueront la Palme d’Or du 15 au 26 mai. Une palme que les frères Coen, Steven Soderbergh et Roman Polanski ont déjà décrochée. Le cinéma français sera particulièrement bien représenté cette année dans la compétition avec notamment les films très attendus d’Arnaud Desplechin, François Ozon et Abdellatif Kechiche, mais aussi les films surprises de Valeria Bruni Tedeschi et d’Arnaud Des Pallieres. Ils auront tout de même fort à faire pour se hisser en haut du palmarès face à des poids lourds comme James Gray, Nicolas Winding Refn et Paolo Sorrentino.

Thierry Frémaux et Gilles Jacob dévoilant la sélection du 66ème Festival de Cannes (DR © Clotilde Richallet)

Gilles Jacob, le Président, et Thierry Frémaux, le Délégué Général du Festival de Cannes ont dévoilé ce matin la sélection officielle de la 66ème édition du Festival du Film qui se tiendra sur La Croisette du 15 au 26 mai et sera ouverte par la projection de Gatsby le Magnifique de Baz Lurhmann avec Leonardo DiCaprio. Cette année, 1858 films ont été soumis aux différents comités de sélection qui ont finalement invité 19 films à participer à la compétition. 3 ou plutôt 4 réalisateurs, puisque l’on compte parmi eux les frères Coen, ont déjà obtenu la Palme d’Or. Joel et Ethan Coen présenteront Inside Llewin Davis, un film relatant le parcours de l’une des figures emblématiques du Village new-yorkais, le musicien folk Dave von Ronk. Steven Soderbergh, récompensé en 1989 pour Sexe, Mensonges et Video, sera là avec ce qu’il annonce être son dernier film Behind the Candelabra, un biopic sur Douglas Eye Liberace, le célèbre pianiste américain mort du sida en 1987. Dernier lauréat de la Palme d’Or, Roman Polanski viendra avec La Vénus à la fourrure, une comédie érotique et SM inspirée d’un roman de Leopold von Sacher-Masoch. Un film en français avec Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner, tout comme Le Passé de l’iranien Asghar Farhadi, révélé par Une Séparation (Ours d’Or à Berlin), qui continue d’explorer le thème du divorce et des conflits familiaux avec un couple d’acteurs français très en vogue : Bérénice Béjo et Tahar Rahim.

Les réalisateurs français en force

Outre Polanski, les cinéastes français seront très attendus, à commencer par un habitué du Festival, Arnaud Desplechin et son Jimmy P. avec Benicio Del Toro et Mathieu Amalric. Dans ce film situé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un psychanalyste et un anthropologue se penchent sur le cas de Jimmy Picard, un indien névrosé. 10 ans après Swimming pool, François Ozon revient avec Jeune et Jolie, le portait d’une jeune fille de 17 ans, incarnée par le mannequin Marine Vacht, en 4 saisons et 4 chansons. Multiple vainqueur des César avec L’Esquive et La Graine et le mulet, Abdellatif Kechiche tentera cette fois sa chance à Cannes avec La Vie d’Adèle qui raconte l’histoire d’amour initiatique d’Adèle, 15 ans, pour la jeune Emma interprétée par Léa Seydoux. Première à Cannes également pour l’invité surprise de la sélection Arnaud Des Pallieres qui présentera  Michel Koolhas, un film qui fera voyager les spectateurs dans les Cévennes au XVIe siècle où, victime d’une injustice, un marchand de chevaux lève une armée et met les villes à sac pour rétablir son droit. Valeria Bruni Tedeschi a elle déjà foulé le tapis rouge cannois comme actrice, mais elle montera cette fois les marches comme réalisatrice avec Un Château en Italie, une plongée dans le destin d’une grande famille de la bourgeoisie industrielle italienne s’inspirant de sa propre histoire. Enfin, Guillaume Canet sera également au rendez-vous avec Blood Ties, mais son thriller tourné aux Etats-Unis avec Clive Owen et Marion Cotillard sera projeté hors compétition.

De grands moments de cinéma

Si les réalisateurs français seront donc en force cette année sur La Croisette, le Festival de Cannes nous réserve encore d’autres grands moments de cinéma, notamment avec Only God Forgives de Nicolas Winding Refn qui avait déjà fait sensation avec Drive et revient, toujours avec Ryan Gosling qui incarne dans le film un trafiquant de drogue qui dirige un club de boxe thaïlandaise et doit affronter un étrange policier à la retraite. Autre film très attendu, The Immigrant de James Gray qui offre à Marion Cotillard son premier grand rôle américain, tout en nous entraînant dans les bas-fonds new-yorkais des années 20. Enfin, le cinéma italien pourrait marquer son grand retour avec La Grande Bellezza de Paolo Sorrentino qui raconte la vie d’un grand journaliste, cynique et désabusé, qui assiste à la crise d’une société qui semble avoir transformé les hommes en monstres, mais qui sortira de sa résignation grâce au souvenir de l’amour innocent de sa jeunesse qui lui redonnera le goût d’écrire. 


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011