ShareThis

Législatives : la vague Macron n'a pas tout emporté dans les AM

Comme partout en France, la vague jaune a été moins forte qu'au premier tour permettant au parti Les Républicains de garder six députés dans les Alpes-Maritimes : Eric Ciotti (1ère circonscription), Bernard Brochand (8ème), Michèle Tabarot (9ème), Marine Brenier (5ème) réélus; Eric Pauget (7ème) et Laurence Trastour-Isnard (6ème) élus. Mais la République en Marche compte désormais trois députés azuréens sortis vainqueurs de duels avec le FN : Loïc Dombreval (2ème), Cédric Roussel (3ème), Alexandra Valetta Ardisson (4ème).

Eric Ciotti réélu dans la 1ère circonscription (Nice) avec 56,21% des voix, ainsi que Bernard Brochand avec 57,13% dans la 8ème (Cannes) et Michèle Tabarot avec 53,98% dans la 9ème (Le Cannet) : les députés sortants LR, comme d'ailleurs tous les candidats LR qui avaient survécu au premier tour des Législatives, ont été réélus. Ils se trouvaient pourtant dans des positions incertaines. Tout particulièrement pour les sortants, Bernard Brochand et Michèle Tabarot qui avaient été distancés par les candidats REM et avaient du retard à rattraper face respectivement à Philippe Buerch et Dominique Fillebeen.

LR garde six députés

Comme partout en France, la vague jaune des macronistes a perdu un peu d'intensité dans les Alpes-Maritimes, permettant à la droite traditionnelle de garder six députés sur neuf. Ainsi, dans la 5ème circonscription, celle qui a été longtemps dans les mains de Christian Estrosi, Marine Brenier l'a logiquement emporté et haut la main (61,21%, le meilleur score des AM). Les Républicains, s'ils n'ont pas réussi le grand chelem dans les Alpes-Maritimes comme en 2012 ont sauvé également deux députés : Eric Pauget qui s'est largement imposé dans la 7ème circonscription (Antibes) avec 59,45% des voix, Jean Leonetti ne se représentant pas et Laurence Trastour-Isnart dans la 6ème circonscription (Cagnes-sur-mer) avec 57,35% soutenue par Lionnel Luca, le député sortant qui lui également ne se représentait pas.

La République en Marche fait son entrée dans le fief LR

La République en Marche fait pourtant son entrée dans le fief LR en remportant trois duels contre le Front national. Ainsi dans la 2ème circonscription (Grasse), Loïc Dombreval, le maire de Vence, qui se trouvait en pole position, l'emporte largement (59,07% des voix) face à Jérôme Cochet. Confronté au cumul des mandats, Loïc Dombreval a annoncé dès hier soir qu'il démissionnerait de son mandat de maire, choisissant ainsi celui de député.

Dans la 3ème circonscription (Nice) où Rudy Salles (UDI) le député sortant avait été éliminé dimanche dernier, Cédric Roussel l'emporte là aussi très largement (60,84%) face au candidat FN Philippe Vardon. Dans la 4ème circonscription, Menton, là où le Front national avait fait ses meilleurs scores à la Présidentielle, le résultat d'Alexandra Valetta Ardisson est juste un peu plus serré (52,74%) face à Olivier Bettati, un ex UMP au profil moins clivant.

Abstention au plus haut niveau

Reste que l'abstention déjà record au premier tour a été encore plus accentuée au second avec des pointes au-dessus de 60% dans la 3ème et 5ème circonscription, les plus "faibles" taux d'abstention (si l'on peut dire) étant relevé dans la 1ère circonscription (53,66%) et la 7ème (55,07%) soulignant un effort particulier de mobilisation du corps électoral.

Ciotti-Estrosi : la "bataille de Nice" lancée ?

A suivre aussi sur Nice, le combat des chefs qui a pris hier soir une tournure plus directe. Souligné par Nice-Matin, Eric Ciotti s'est adressé à ses militants venus en masse au Port de Nice en chargeant Christian Estrosi notant qu'il avait "été élu sans Christian Estrosi et quelque part avec son opposition" et en s'insurgeant contre "ceux qui ont fait battre des dizaines de candidats LR" et n'ont plus leur place dans le parti. Avec dans le discours une phrase quelque peu sybilline rapportée par Nice-Matin : "cette victoire est celle de la fidélité à mes convictions, c'est ma force avec laquelle il va falloir compter pour préparer l'avenir du pays... de la France... et de Nice". L'amorce d'une prochaine bataille des municipales de Nice….

  • Voir les résultats finaux circonscription par circonscription et ville par ville du deuxième tour sur le site : elections.interieur.gouv.fr

Une large majorité pour REM à l'Assemblée nationale

Même si la vague a été moins forte que ne le laissait présager le premier tour (les projections se situaient entre 400 et 460 députés REM), le nouveau Président de la République disposera d'une large majorité à l'Assemblée nationale. Avec 308 sièges, La République en Marche disposera à elle seule de la majorité absolue (la barre est à 289). A cela viennent s'ajouter les 42 sièges de son allié le MoDem qui devrait former un groupe indépendant.

L'alliance Les Républicains-l'UDI limite les dégâts avec 131 sièges (113 LR et 18 UDI), tandis que le PS, cruelle défaite, ne comptera que 29 députés. La France Insoumise obtient 17 élus (ce qui lui permet de former un groupe à l'Assemblée) et le PC tombe à 10. Quant au Front National, s'il quadruple le nombre de ses députés, avec 8 élus, il est loin de ce que pouvait lui faire espérer ses scores de la Présidentielle (des projections allaient à plus de 40). Et puis, autre parti qui obtient un score record : celui de l'abstention avec 57,36% contre 51,3% au premier tour!


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011