ShareThis

Législatives : Lionnel Luca et Jean Leonetti élus au 1er tour

Lionnel Luca dans la 6ème circonscription (51,04%) et Jean Leonetti dans la 7ème (51,10%) ont été élus lors du 1er tour des législatives marqué par une abstention record pour ce type d'élection : 43,22% dans les Alpes-Maritimes. Ce qui explique qu'il n'y aura que des duels pour le second tour. Voir tous les résultats.

 

Les résultats du 1er tour, circonscription par circonscription

 

Les urnes ont rendu leur verdict. Dans les Alpes-Maritimes, à retenir d'abord deux élus : Lionnel Luca dans la 6ème circonscription (51,04%) et Jean Leonetti dans la 7ème (51,10%). Pour les 9 circonscriptions azuréennes, à l'issue de ce premier tour des législatives, six députés sortants sont en ballotage et un second tour sera nécessaire dans la nouvelle 2ème circonscription.

Après la "vague Sarkozy", qui avait donné 7 élus UMP élus au premier tour en 2007, c'est aujourd'hui le "ressac Hollande" qui se fait sentir dans le département le plus "sarkozyste" de France. En net recul en pourcentages de voix, l'UMP peut cependant espérer réussir le grand "Chelem" avec 7 autres élus dimanche à l'issue du 2ème tour. Ce n'est pas gagné d'avance. André Aschieri notamment (Europe-Ecologie Les Verts), peut avec ses alliés de gauche prendre la 2ème circonscription face à Charles-Ange Ginesy. Mais pour l'UMP, le "neuf sur neuf" reste possible.

Taux d'abstention record : 23,22% dans les A.-M.

Second point marquant : un taux d'abstention record pour des législatives. Dans les A-M comme partout en France : 43,22% dans le département, soit légèrement plus qu'au niveau national (42,77%) soit une participation Cette faible participation (à peine 56,78% dans les Alpes-Maritimes) fait qu'il n'y aura pas de triangulaire dans le département (une quarantaine à peine au niveau national).

Pas de triangulaires au 2ème tour dans le département

Rappelons la règle. Pour qu'un candidat arrivé en 3ème position puisse se maintenir au deuxième tour et donner lieu ainsi à une triangulaire, il faut qu'il obtienne plus de 12,5% des inscrits. Du fait de la faible participation, trois candidats FN qui obtiennent plus de 21% des suffrages exprimés n'ont pas eu le choix et sont éliminés du 2ème tour. Ainsi Jean-Marc Degioanni dans la 2ème circonscription avec 21,06% de voix n'a que 12,28% des inscrits, Gael Nofri dans la 3ème circonscription avec 22,75% des suffrages exprimés n'arrive qu'à 12,32% des inscrits et Danielle Cardin dans la 5ème circonscription avec 21,41% des voix ne rassemble que 12,36% des inscrits. Pour les 7 sièges restants à pouvoir dans le département, ce seront donc des duels dimanche 17 juin.

Troisième point à retenir : dans le département où Nicolas Sarkozy avait obtenu le meilleur score le 6 mai dernier lors de la présidentielle, l'ancienne majorité a bien tenu le choc. Tous les candidats UMP sont arrivés en tête dans leur circonscription. La gauche a néanmoins bénéficié de la foulée de l'élection de François Hollande à la présidence et améliore son score.

Les duels du 2ème tour

Circonscription par circonscription, les regards se portent en premier lieu sur la première circonscription de Nice. Eric Ciotti, candidat sortant UMP et président du Conseil général, arrive bien en tête avec 43,84% devant Patrick Allemand, le leader du PS avec 28,68% des voix (un sondage ne prévoyait que 25% des suffrages). Ils se retrouveront en finale, avec, au vu des résultats du 1er tour peu de suspense. Mais il faut noter que Jacques Peyrat, l'ex-maire de Nice, s'il ne sera pas au second tour, obtient plus avec 16,16% que ce que les sondages publiés ne lui accordaient (à peine 12%).

Dans la 2ème circonscription, si Charles-Ange Ginesy, le candidat UMP, échappe à une triangulaire qui aurait été pour lui catastrophique, en revanche, il devra cependant bénéficier d'un bon report des voix FN pour l'emporter face à André Aschieri (Europe Ecologie les Verts). Le maire de Mouans Sartoux et ancien député qui obtient 28,72% des voix peut compter sur les reports des différents candidats écologistes, du Parti Radical de Gauche ou de Front de Gauche, soit un potentiel de près de 15%, ce qui, mathématiquement, ferait plus de 43%. Avec 35,78% au premier tour, Charles Anges Ginesy se doit donc trouver un "réservoir" de voix pour le second tour, qu'il ne pourra aller chercher que chez les abstentionnistes et… le FN.

Dans la 3ème circonscription, Rudy Salles, député sortant Nouveau Centre, échappe de même à une triangulaire. De peu : il manque une centaine de voix à Gaël Nofri (FN) pour pouvoir se maintenir. Rudy Salles (36,80%) se retrouvera donc face à la socialiste Christine Dorejo (23,01%) qui pourra bénéficier des voix des autres courants de gauche (environ 12%) et pourrait ainsi talonner le député sortant.

Dans la 4ème circonscription, Jean-Claude Guibal, député sortant UMP, arrive en tête, mais avec seulement 32,70 des voix. En revanche, le maire de Menton se retrouve en ballottage favorable, face à la candidate FN Lydia Schénardi (22,9%). La socialiste Pascale Gérard avec 19,79% des voix (mais 11,24% des inscrits) ne peut se maintenir. A noter le résultat de Stéphane Cherki, le maire d'Eze qui se présentait en "trublion" sous l'étiquette Divers Droites et obtient 9,63% des voix. Plus qu'un sondage ne lui accordait (7%) mais loin de pouvoir figurer au 2ème tour.

Autre circonscription phare des Alpes-Maritimes : la 5ème, celle du député maire de Nice et président de la Métropole. Si Christian Estrosi est en ballotage, avec 44,23% des suffrages il est d'autant mieux placé pour le second tour, que la candidate FN Danielle Cardin (21,41 % des voix) rate de peu la qualification. Christian Estrosi se retrouvera donc en duel avec le socialiste Paul Cuturello, arrivé second avec 25,18% des voix.

Dans la 8ème circonscription, un duel également pour le sortant UMP Bernard Brochand (47,78%), mais face à un candidat FN, Adrien Grosjean (23,71%). Toujours l'effet abstention : la candidate Europe Ecologie les Verts, Elisabeth Deborde avec 21,13 % des voix ne réunit que 11,16% des inscrits. Eliminée.

Dans la 9ème circonscription, où se jouait une "bataille de femmes", ballotage aussi pour la députée sortante et maire du Cannet Michèle Tabarot qui n'arrive pas si loin de la majorité avec 47,32%. Marie-Louise Gourdon, sous les couleurs du PS réalise quand même un bon score (28,59%), tandis que la candidate FN Marlène Orfila, reste largement derrière (17,42%) et ne participera pas au second tour.


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011