ShareThis

L'entrée "fracassante" de l'Etat néerlandais dans le capital d'Air France-KLM

L'Etat néerlandais a fait une entrée "fracassante", hier, dans le capital d'Air France-KLM, en prenant une participation de 12,68%. Les Pays-Bas ont annoncé dans la foulée qu'ils entendaient porter cette participation à environ 14%, quasiment à égalité avec l'Etat français, qui reste le premier actionnaire du groupe avec 14,29% du capital. Bruno Le Maire, ministre français de l'économie, a pris acte de cette prise de participation "qui s'est faite sans information du conseil d'administration, ni du gouvernement français". Un ton qui s'est nettement durci ce matin mercredi, Un ton qui a été durci ce matin, Bercy dénonçant une "opération inamicale et une forme de duplicité de l'Etat hollandais".

Pour les analystes, l'entrée des Pays-Bas au capital d'Air France-KLM risque de rendre la compagnie très difficilement gérable, à l'exemple des compagnies détenues par plusieurs États comme SAS (Suède, Danemark), avec deux actionnaires étatiques ayant chacun une vision stratégique différente. La bourse a affiché ses craintes ce matin à l'ouverture avec un titre Air France-KLM qui est parti en vrille. Il a perdu à un moment près de 12% et baissait encore de près de 10% à 15 heures.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011