ShareThis

Les Républicains : Christian Estrosi laisse les clés de la Fédération 06

Il n'y aura pas de bataille pour la conquête de la présidence de la puissante fédération Les Républicains des Alpes-Maritimes (avec 7.000 membres, c'est la troisième de France après celles de Paris et des Hauts-de-Seine). Le duel entre les deux frères ennemis n'aura pas lieu sur ce terrain. Samedi en effet, Christian Estrosi, président de la fédération du 06 depuis 1998 (RPR, UMP puis LR à partir de 2016), laisse les clés du bastion. Le maire de Nice a annoncé samedi dans un courrier adressé aux militants qu'il ne serait pas candidat à sa succession. Ce qui laisse le champ libre à Eric Ciotti, député qui, lui, s'était porté candidat dès le mois juillet pour une élection interne à LR qui aura lieu en deux tours les 13 et 14 octobre.

Il faut dire qu'Eric Ciotti, actuellement secrétaire départemental de la fédération, était donné nettement comme favori. L'ancien bras droit de Christian Estrosi avait ciblé ses attaques sur le positionnement de son rival, le qualifiant de "macron compatible", et demandant à ce qu'il clarifie sa position vis- à-vis de LR. Son argumentation se résumait en une phrase : "On ne peut pas être le président officiel des Républicains et en même temps le président officieux d’En marche". Sur cette ligne, Eric Ciotti avait rallié de nombreux élus LR de l'ensemble des Alpes-Maritimes et notamment de l'Ouest du département.

Il n'y aura donc pas de débat interne sur ce positionnement. Ce qu'a déploré Eric Ciotti. "C'est un acte de défiance vis-à-vis de sa famille politique et des militants, qui lui ont tout donné, et que je veux désormais rassembler dans la fidélité à nos valeurs" a-t-il twitté. Christian Estrosi a répliqué indirectement hier dimanche sur BFM en disant qu'il ne voulait pas ouvrir une petite guerre de clocher à ses yeux totalement dérisoire, et qu'il était avant tout soucieux de se consacrer à la ville de Nice, à la Métropole et de privilégier le débat d'idées.

En attendant la bataille de Nice, d'autres terrains d'affrontements sont toutefois déjà ouverts comme par exemple un projet de fusion entre le Département des Alpes-Maritimes et la Métropole Nice Côte d'Azur à l'image de ce qui est engagé dans les Bouches-du-Rhône. Un projet qui a fait l'objet en fin de semaine dernière des entretiens avec Gérard Larcher, le président du Sénat, qui a été reçu d'un côté par les élus départementaux avec Charles-Ange Ginesy, président du Département, et Eric Ciotti et de l'autre côté par Christian Estrosi.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011