ShareThis

Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur: le difficile consensus

Alors que la phase de concertation a été prolongée jusqu'au 9 janvier minuit, la dernière réunion de synthèse, le 19 décembre dernier, n'a pas laissé entrevoir un véritable consensus. Les trois tracés proposés correspondant à un emplacement de gare TER-TGV différents (quartier des Bréguières à Mougins, Bouillides ou Fugueiret au cœur de la technopole), provoquent chacun de véritables levées de boucliers. Pourtant, il y a urgence à définir une position commune…

Le projet de boucle ferroviaire Nice-Sophia-Cannes-Nice semble bien difficile à mettre sur les rails! Au vu de la dernière réunion de synthèse qui s'est tenue le 19 décembre dernier à Nice pour la première étape de la Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur, celle de la concertation sur le projet de boucle TER, il y a de quoi s'inquiéter sur les chances du seul projet d'aménagement d'envergure capable d'améliorer la mobilité sur la Côte d'Azur. Alors que cette phase de concertation qui devait se terminer le 31 décembre a été prolongée de quelques jours jusqu'au 9 janvier, c'est à une levée de boucliers que l'on a surtout assisté. Un combat qui a principalement porté autour de l'emplacement de la gare de Sophia Antipolis.

Faire d'une pierre deux coups : réaliser une boucle TER et préparer une liaison TGV

L'enjeu de cette première phase de concertation, rappelons-le, était de trouver un consensus sur un tracé pour cette première phase du projet de ligne nouvelle TGV, celle de l'aménagement du "nœud de Nice" pour une mise en service à l'horizon 2030. Dans un même temps, une opération similiaire se joue dans les Bouches-du-Rhône pour le "nœud de Marseille" avec une gare TGV en souterrain à Saint-Charles. Enfin, dans un deuxième temps à horizon plus lointain, il s'agit de relier ces deux "nœuds" par une ligne à grande vitesse.

Concernant Nice, l'idée qui avait été lancée en 2013, était de faire d'une pierre deux coups : préparer l'arrivée d'une ligne TGV reliant Nice à Marseille et au réseau ferré européen à grande vitesse d'une part mais aussi, en permettant l’utilisation par les TER de la section de Ligne Nouvelle entre la vallée de la Siagne et Nice, desservir la zone de Sophia Antipolis et le moyen pays grassois. La connexion avec la ligne Cannes-Grasse devait en effet assurer une boucle TER Nice-Antibes-Cannes Ouest AM-Nice pour répondre à l’engorgement routier de la Côte d’Azur. Bonne idée.

Trois études d'emplacement de gare à Sophia

Les tracés étant dépendant de l'emplacement de la gare de Sophia Antipolis, trois emplacements ont été étudiés assortis de trois tracés distincts. Le premier emplacement est celui d'une gare aux Bréguières, sur le territoire de Mougins, le maire de la commune s'étant dans un premier temps montré intéressé par l'accueil de cette infrastructure avant de se raviser. Deux autres emplacements qui, là aussi, semblaient dans un premier temps ne pas susciter de violentes oppositions, ont été eux aussi étudiés : le Fugueiret, proche de SKEMA, de la future cité du Savoir ou encore du projet de complexe commercial Open Sky, le Cap 3000 de Valbonne; les Bouillides, au cœur de Sophia, près du Haut-Sartoux et de Garbejaire.

Biot et Valbonne vent debout

Le choix des Bréguières a été principalement critiqué car jugé excentré par rapport au centre de la technopole. Celui du Fugueiret et des Bouillides a suscité une vive opposition des riverains, opposition que les élus des communes de Valbonne et de Biot ont relayée. Guilaine Debras, maire de Biot, dans un récent communiqué, a fustigé "l’ampleur des impacts dont les Biotois pourraient être victimes" et a dénoncé une "concertation biaisée". Suite à une mise à jour de la cartographie le 24 décembre, soit quelques jours avant la fin de la concertation, il est apparu écrit-elle que "100 maisons seraient impactées par le tracé du Fugueiret (contre 50 initialement mentionnées) et 300 maisons impactées par le tracé des Bouillides (contre 100 initialement mentionnées)".

Elle compte aussi "interpeller le Secrétaire d’Etat aux Transports sur la légitimité d’une concertation menée avec autant de mépris pour notre territoire. Puisqu’un délai supplémentaire est « gracieusement » concédé jusqu'au 9 janvier 2017, j’invite tous les Biotois à s'exprimer sur ce projet crucial pour l'avenir de notre commune" conclut-elle.

De son côté Christophe Etore, maire de Valbonne Sophia Antipolis, rappelle que le conseil municipal a émis un "avis résolument défavorable à l’implantation d’une gare TGV sur la commune de Valbonne Sophia Antipolis et sur le territoire de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis ainsi qu’aux abords de la technopole, au motif que cela ne répond pas aux besoins tout en impactant le territoire de façon inacceptable".

Une option supplémentaire avec une gare TGV réclamée par Cannes

Enfin une quatrième option est intervenue il y a quelques mois qui pourrait aussi modifier les tracés : celle qui est demandée par David Lisnard, maire de Cannes pour une gare TGV à La Bocca, à l'emplacement de l'ancienne gare de marchandises. La synthèse consensuelle que doit donc sortir Réseau SNCF pour définir une position lors du COPIL régional prévu fin janvier 2017 et remonter une demande plus précise au niveau ministérielle ne semble donc pas facile à établir même si l'option Fugueiret semble présenter le meilleur ratio avantages-inconvénients.

A moins de quatre mois maintenant d'une présidentielle qui verra sans doute arriver de nouvelles équipes dans les ministères, le temps est compté cependant pour la Côte si elle ne veut pas que son seul grand projet actuel d'aménagement pour la mobilité ne prenne encore un nouveau retard ou ne soit tout bonnement abandonné. Avec, compte tenu des difficultés de circulation de plus en plus lourdes aujourd'hui, à la clé pour demain de sacrés problèmes de congestion de transports.

Les tracés en pointillés représentent les passages de la voie en tunnel. Le projet de gare des Bouillides (le plus en hauteur sur la carte) représente celui qui comporte la plus grande longueur de tunnel.


Concertation

Chacun peut faire valoir ses raisons d'opposition et ses préférences, cela ne sert à rien. La concertation a été, pour tous les projets de ce pays, qu'un simulacre, une mascarade. Les choix sont déjà faits et par cette prétendue concertation les décideurs ne font que respecter un protocole réglementaire... Vous n'êtes pas au bout des déconvenues !!!

Il faut se lancer maintenant

Que faut-il pas faire pour retarder le progrès ?! Nous voulons des villes propres mais nous refusons tout changement, pour sans doute préférer la pollution automobile (sonore et aux particules fines). Maintenant il faut un peu de courage politique de la part des élus et trancher.

Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011