ShareThis

L'Italie va débloquer 29 M€ pour la ligne Cuneo-Nice

Une bonne nouvelle pour cette liaison ferroviaire entre les Alpes-Maritimes et le Piémont voisin : l'Etat italien annonce un financement de 29 M€ pour la maintenance, la gestion et la modernisation de cette ligne, menacée de fermeture faute de travaux d'entretien.

La ligne transfrontalière Nice-Cuneo, propriété de RFF en France et de RFI en Italie et co-exploitée par la SNCF et Trenitalia, traverse le massif alpin du Mercantour et passe par le tunnel de Tende, à plus de 1.000 mètres d'altitude, pour rejoindre Cunéo et le Piémont italien. Sa construction a débuté en 1883 et s'est achevée dans l'entre-deux-guerres.

Enfin une bonne nouvelle pour la ligne de chemin de fer Cuneo-Nice, un lien historique entre la Côte d'Azur et le Piémont : le ministre des Infrastructures et des Transports italien, Maurizio Lupi, a annoncé un financement de 29 millions € pour la maintenance, la gestion et la modernisation de la ligne. Le financement sera assuré par un amendement à la loi italienne dite de "stabilité" 2014. La nouvelle a été annoncée hier par la Chambre de commerce italienne à Nice et son directeur Agostino Pesce. "Il s’agit d’un premier résultat, après des années de bataille pour le survie d’une ligne historique et pour la reprise de son développement touristique, culturel et commercial" a-t-il souligné.

Le problème : la ligne est victime d’un défaut d’entretien depuis de trop nombreuses années sur la portion française entre le sud de Breil-sur-Roya et le Col de Tende. Ces travaux, même s'ils concernent la partie se trouvant sur le territoire français, se doivent d’être financés par l’Italie conformément à une convention binationale signée en 1970. Mais l'Italie, qui demande une révision de la convention, ne dégageait pas de budget. Faute de financement et donc d'entretien, il était envisagé soit de fermer la ligne, soit de limiter la vitesse à 40km/h à compter du 1er décembre 2013. Une limitation qui, là-aussi, aurait encore accéléré le déclin de cette liaison directe sur le Piémont voisin.

Cette situation est aujourd'hui débloquée. "La ligne de chemin de fer, dont la compétence est partagée entre l'Etat français et l’Etat italien, est depuis longtemps menacée de fermeture en raison de l'absence d'accord entre les deux Pays sur sa gestion et sur sa modernisation", explique la Chambre de commerce italienne. "L'accord bilatéral de 1970 imposait à l'Italie la charge financière pour le renouvellement, la maintenance et la gestion de la connexion mais, compte tenu de la situation économique actuelle et du contexte historique changé, l’Etat italien avait demandé une répartition plus correcte des frais de gestion".   

Le financement, annoncé par le ministre Lupi le 29 novembre par une lettre publiée dans "La Stampa" est en accord avec les conclusions du Sommet Italie-France du 20 novembre dernier. A cette occasion, les deux Pays ont reconnu l'importance du maintien d’une connexion active entre Nice et Cuneo, compte tenu aussi de sa valeur historique, culturelle, environnementale et bien sûr touristique.  

Vos Réactions : "un potentiel majeur pour désenclaver les Alpes-Maritimes"

"Voilà la bouffée d'oxygène pour l'avenir de la ligne ferroviaire Turin-Cuneo-Nice que vient d'annoncer le gouvernement Italien", souligne Gilles06, dans une réaction à l'article "La ligne ferroviaire Cuneo- Vintimille- Nice s’invite quand même au sommet franco-italien".

"Espérons qu'une électrification intégrale de la ligne puisse voir le jour. Une mise à double voie de la ligne serait encore mieux, il faut savoir que les principaux tunnels sont déjà prévus pour cela. Cette ligne a un potentiel majeur pour désenclaver les Alpes Maritimes."


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011