ShareThis

Métropole : les taxis proposeront comme Uber des courses à 6€

Les taxis niçois ont d'abord exprimé leur colère face au partenariat inédit entre Uber et le réseau Lignes d'Azur pour prendre le relais des bus après 20 heures sur la ligne du tram. Mais ils ont finalement décidé d'entrer dans l'expérimentation. Dès lundi, à travers l'appli "Taxi Côte d'Azur", ils proposeront également des courses nocturnes à 6 euros sur la Ligne 1 du tram.

On s'en doutait. Le partenariat inédit en Europe entre Uber et la Régie Lignes d'Azur a ravivé la colère des taxis niçois, déjà bien remontés depuis l'arrivée sur Nice en 2014 du "disrupteur" sur le marché traditionnel de la mobilité urbaine. Ce partenariat public-privé, qui vise à assurer une continuité du transport public tram-bus le soir, à partir de 20 heures (et jusqu'à 2h30 du matin), quand les bus du réseau public s'arrêtent alors que le tram continue, a été annoncé mercredi en fin d'après-midi. Et dès hier matin, jeudi, les taxis étaient rassemblés dans la rue autour de la mairie de Nice. Mais le blocage de la circulation, toujours redouté, n'a pas eu lieu.

Un accord "constructif" avec les 437 taxis niçois

Suite à une entrevue avec le maire, Christian Estrosi, dans la matinée de jeudi, un accord "constructif" a pu être trouvé. Les 437 taxis niçois entreront eux aussi dans l'expérimentation ouverte par Lignes d'Azur, expérimentation qui sera ainsi élargie. A travers une application dédiée (Taxi Côte d'Azur), disponible dès ce lundi, les taxis proposeront également des courses nocturnes à 6 euros sur la Ligne 1 du tram. Comme Uber.

"Le principe d’une expérimentation beaucoup plus large, pouvant desservir les lignes 1 et 2 de tramway, au même tarif à la course que celui convenu avec la société de VTC, a ainsi été acté", relève Christian Estrosi dans un communiqué. "Cette offre doit pouvoir couvrir notamment le secteur collinaire, ainsi que d’autres communes métropolitaines comme Saint-Laurent du Var et Cagnes-sur-Mer."

Il a ainsi été demandé à la Régie Lignes d’Azur de recevoir les taxis pour régler les problèmes techniques de l'intégration de l'appli taxi dans celle de la régie (avec Uber, les abonnés du réseau Lignes d'Azur peuvent voir apparaître aux stations de tram, la possibilité de continuité avec Uber).

Vers la création d’une Commission permanente Taxis-Métropole

"Par ailleurs, au regard de cet accord qu’il convient de finaliser, nous examinons avec nos services les conditions permettant de faire évoluer le partenariat lancé avec la société Uber", poursuit le maire de Nice. "Enfin, j’ai proposé à la profession la création d’une Commission permanente Taxis-Métropole qui travaillera notamment à l’élaboration d’un plan de mobilité commun d’ici la fin de l’année, ainsi qu’au traitement de toutes les problématiques quotidiennes en termes de sécurité, ou d’aménagement des stations."

La situation semble ainsi calmée, tandis que se dessine le paysage d'une nouvelle mobilité pour la Métropole. L'accord inédit en Europe entre la plateforme américaine et une régie de transport public aura en tout cas eu le mérite de faire bouger les lignes (pas seulement de bus). Les taxis, qui déjà en février dernier avaient accepté (enfin) le principe d'un forfait entre l'aéroport et les villes de Nice et de Cannes, vont ainsi intégrer le plan d'une nouvelle mobilité que les technologies rendent possible. Bienvenue ! 

Service nocturne : les détails du partenariat Uber-Lignes d'Azur

Ce service nocturne expérimental est proposé aux abonnés annuels RLA âgés de plus de 18 ans. Opéré par Uber, il vient en complément des transports en commun existants. Dès mercredi 4 juillet 2018, et pour un an, les deux partenaires proposent aux voyageurs de payer un prix fixe de 6 euros pour une course réalisée avec l’application Uber depuis/vers l'une des six stations du tramway L1 à partir de 20h :

  • quand les lignes de bus en partance de ces stations s'arrêtent
  • et jusqu'à 2h30 du matin
  • quand le tramway s’arrête à son tour.

Une option spécifique, depuis l’application Uber, appelée “Lignes d’Azur”, apparaîtra pour les 50.000 abonnés de Lignes d’Azur éligibles qui en feront la demande :

  • soit lorsqu’ils seront dans la zone géographique de l’une des six stations de tram
  • soit lorsqu’ils indiqueront en destination, l’une de ces stations depuis leur domicile situé à proximité d’une ligne de bus éligible.

Ce partenariat innovant vise à améliorer la connexion entre les différentes offres de transport de la métropole Nice Côte d’Azur avec des trajets multimodaux et “sans couture”. Il permettra aux citoyens de parcourir facilement le premier/dernier kilomètre qui les sépare de la station de transport en commun la plus proche de leur domicile.

"La technologie à elle seule n’est pas la solution aux problèmes urbains, mais lorsqu'elle est bien utilisée et en partenariat avec les autres acteurs, elle a le potentiel de contribuer à des villes plus agréables pour tous", explique Uber dans un communiqué. "C’est le premier partenariat que nous lançons en France avec un opérateur de transports urbains et la manifestation concrète du rôle positif que nous pouvons jouer en travaillant avec les villes pour répondre à leurs enjeux de mobilité".


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011