ShareThis

Nestlé-Galderma à Sophia : toute la division Nestlé Skin Health en vente !

L'annonce vient d'être faite : le géant suisse de l'agro-alimentaire met en vente Nestlé Skin Health, sa division consacrée aux soins de la peau, propriétaire de Galderma dont le centre de recherche en dermatologie va fermer dans 10 jours. Pour Nestlé, cela ne change rien dans les négociations qui se terminent. Mais pour l'instant, seule la société allemande Nuvisan a communiqué sur la reprise de 80 personnes, tandis que l'Américain Syneos reprendrait de 100 à 120 salariés. Le dernier point avant fermeture.

C'est une nouvelle qui est tombée en début d'après-midi et qui ne devrait pas manquer d'intéresser les salariés de Galderma (tout au moins jusqu'à la fin de ce mois de septembre) à Sophia Antipolis : Nestlé a annoncé la mise en vente de sa division soins de la peau, Nestlé Skin Health. Celle-ci recouvre principalement les marques du laboratoire dermatologique Galderma dont le site sophipolitain avec 550 salariés était le fleuron, ainsi que les marques de soins de la peau Cetaphil et Proactiv.

Fermeture de Sophia : une mise en vente qui ne devrait rien changer dans les négociations 

Cette division a réalisé un chiffre d'affaires de 2,7 milliards de francs suisses (2,4 milliards d'euros) en 2017. Mais ce chiffre ne représente qu'environ 3% des ventes totales du géant de l'agro-alimentaire. Mis sous pression d'un fonds spéculatif américain, qui voulait que soit mis davantage l'accent sur les produits d'alimentation, de boissons et de santé nutritionnelle, Nestlé avait indiqué clairement que "les opportunités de croissance future de Nestlé Skin Health se situent de plus en plus en dehors du périmètre stratégique du groupe". D'où cette annonce de cession de la division de soins de la peau.

Pour Galderma Sophia, l'annonce de cette mise en vente a une tonalité toute particulière alors que la fermeture du site de Sophia Antipolis, le plus grand laboratoire de dermatologie d'Europe, est fixée pour la fin du mois. Une "dead line" enclenchée il y a un an et qui arrive maintenant dans dix jours à peine. Côté Nestlé, on assure que cette opération de mise en vente de la division ne changera rien aux dispositions prises avec les salariés de Galderma, dispositions dont la négociation se termine et qui seront dans le cahier des charges de l'éventuel acquéreur de Nestlé Skin Health.

Négociations : où en est-on à dix jours de la fermeture ?

Des dispositions qui ne sont pour l'instant pas toutes bouclées. Où en est-on ? Le dernier point d'étape, début juin, évoquait quatre repreneurs potentiels permettant le maintien de 300 postes. A aujourd'hui, un seul repreneur a déjà communiqué sur ses engagements. Il s'agit du groupe allemand Nuvisan qui a annoncé avoir signé un accord avec Nestlé pour la reprise d'une partie des capacités R&D de Galderma Sophia. La société allemande qui compte déjà 325 salariés reprend 80 personnes pour renforcer ses capacités de bioanalyse, d'analyse de données pharmaceutiques et son matériel destiné aux essais cliniques. Une reprise qui se ferait dès octobre.

Les négociations avec un second repreneur sont en cours comme l'avait signalé un responsable du syndicat CFDT, Jean-Pierre Restagno, secrétaire général du Syndicat Énergie Chimie Alpes Méditerranée (Secam). Le CDMO américain Syneo (Contract development and manufacturing organization) reprendrait de 100 à 120 personnes. Mais Jean-Pierre Restagno reste prudent, le dossier n'étant pas bouclé. Côté Nestlé, Sébastien Cros, responsable de la communication, est plus optimiste déclarant que le groupe fera le maximum pour aboutir. Un troisième bloc de compétences, beaucoup plus petit, devrait être d'autre pars repris : il s'agit de la maintenance du site, une dizaine de personnes qui passeraient sous la bannière de la société Sodexo Energie et Performance.

Plus d'une centaine de salariés encore dans le flou

Au total, et si ces trois opérations se concrétisent, cela ferait au maximum 210 emplois qui seraient préservés sur le site de Sophia Antipolis. Pour le maintien d'activité sur site viendraient s'ajouter 15 personnes qui ont choisi de créer leur start-up et une quinzaine d'autres qui intégreraient des spin-off. D'autres perspectives restent ouvertes avec la création d'un Parc d'activité de la vie dans les locaux de feu Galderma, projet soulevé par la CCI Nice Côte d'Azur et la CASA.

Quant au reste des 550 salariés, selon Sébastien Cros, 140 ont déjà signé des contrats en CDI à l'extérieur, une trentaine a rejoint Nestlé à Lausanne. Mais à dix jours du couperet, beaucoup reste à négocier et plus d'une centaine de salariés reste dans le flou.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011