ShareThis

Nice : "Copines de sortie" veut franchir les frontières en 2019 !

Lancée à Nice en février 2018, l'application mobile qui se charge de connecter les femmes pour des sorties entre copines s'est développée sur Montpellier, Strasbourg et Paris. Revendiquant 20.000 utilisatrices elle recherche en ce début d'année des investisseurs ou des marques-partenaires pour se développer dans les grandes villes françaises et à l'international avec Bruxelles et Montréal.

Créée pour connecter les femmes entre elles et les aider à monter des sorties entre copines, c'est une application azuréenne qui veut passer à l'étape supérieure en 2019. Née à Nice en février 2018, Copinesdesortie.com s'est vite lancée sur Montpellier et Strasbourg puis, en octobre dernier sur Paris. Mais aujourd'hui, la jeune pousse azuréenne veut aller plus loin rapidement. Elle souhaite non seulement se développer dans les grandes villes françaises mais également à l'international à Bruxelles et Montréal notamment. Aussi, pour y parvenir, l'équipe lance en ce début d'année un appel à investisseurs afin de concrétiser cette ambition et de permettre à toujours plus de femmes de se "tirer vers le haut".

"Nous avons créé cette application mobile pour que les femmes se connectent plus facilement entre elles et pour qu’elles aient la possibilité de sortir et faire des activités avec des copines où qu’elles soient, et ce quelle que soit leur situation personnelle ou professionnelle", explique Patricia Ruelleux, l'une des deux co-fondatrices. "Copines de sortie" est un outil de solidarité entre femmes qui a vocation à relier les femmes du monde entier. Son fonctionnement est simple : on sélectionne une activité (ex: jogging), on précise son envie du moment (ex : jogging au bord du canal, en forêt) et voilà : on peut consulter la liste des "copines" disponibles, près de chez soi, pour faire un jogging. Il n'y a plus qu'à "envoyer un message à la copine de son choix pour aller courir avec elle !"

Pour Cécile Macaudière, l'autre co-fondatrice, "la réalité est que chaque femme s’est retrouvée un jour dans la situation où elle avait envie de sortir, mais faute d’être accompagnée à ce moment précis, elle y a renoncé. L’application mobile, qui permet à chaque femme de trouver une copine pour sortir au moment où elle le choisit, dit ainsi "Stop au renoncement". Elle lui permet d'élargir son cercle de connaissances et couvre tous les champs d'activités et de loisirs plébiscités par les femmes : shopping, sport, culture, bien-être, bar & restauration, clubbing, voyage."

Quant au modèle économique, il repose sur la diffusion d’espaces publicitaires et la mise en avant d’événements partenaires grâce aux lanceuses de sorties officielles. L'idée en tout cas a séduit. L'appli revendique quelque 20.000 utilisatrices après moins d'un an d'existence. D'où ses ambitions de développement dès le premier trimestre 2019. Et c'est pour avoir les moyens de ce développement, que l'équipe recherche activement des investisseurs ou des marques-partenaires sensibles à la cause féminine. Bonne année 2019 "Copines de sortie"!

Qui veut diner avec moi la semaine prochaine ?

Arrivée à Nice en mars 2017, après cinq années d'expatriation à Istanbul, Patricia Ruelleux raconte qu'elle s'est trouvée elle même confrontée au besoin de rencontrer de nouvelles copines. Pour cela, elle a l'idée de créer une page Facebook "Copines de sortie" en lançant un appel aux Niçoises : "Qui veut dîner avec moi la semaine prochaine ?" Le vendredi suivant elle se retrouve dans un restaurant avec 8 "copines" qui avaient également la même envie de sortir entre copines. 

Elle renouvelle aussi l’expérience la semaine suivante, puis la suivante. En un mois, 1.000 Niçoises suivent sa page Facebook et participent aux sorties ! C’est l’heure de la prise de conscience : "J’ai pris conscience qu’en partant de mon besoin individuel, j’avais créé un outil qui répondait au besoin de toutes les femmes !", assure Patricia. La création de la start-up a suivi.


Photo DR : de gauche à droite Cécile Macaudière et Patricia Ruelleux. 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011