ShareThis

Nice : la nouvelle plate-forme agroalimentaire sera opérationnelle en 2016

Le transfert de deux MIN (fleurs et produits alimentaires) sur le site de La Baronne devrait permettre aux producteurs et grossistes de bénéficier d’installations et équipements mieux adaptés à leur besoins. Les terrains libérés à l’ouest de Nice accueilleront le futur pôle multimodal de transports et le parc des expositions.

La présentation du projet de nouvelle plate-forme agroalimentaire par Christian Estrosi, président de la métropole, en présence d'Eric Ciotti, président du Conseil général et du président de la Chambre d'agriculture, Michel Dessus.

« Développer une stratégie de filière en renforçant l’activité commerciale et de distribution », c’est l’ambition affichée par Christian Estrosi, président de la métropole Nice Côte d’Azur lors de la présentation de la nouvelle plate-forme agroalimentaire et horticole qui doit remplacer, à l’horizon 2016, les actuels MIN fleurs et produits alimentaires. Cette nouvelle plate-forme sera installée sur un terrain de 17,35 hectares appartenant au Conseil général, à La Baronne, entre les communes de Saint-Laurent du Var et La Gaude.

La ville de Nice, propriétaire du site actuel de 27 hectares, à l’ouest de Nice et à proximité de l’aéroport, compte récupérer ce terrain pour y développer dans le cadre de l’opération d’intérêt national, Eco Vallée, un pôle de communications multimodal et un parc des expositions. Dans la perspective de ce transfert, la municipalité en repris l’exploitation des MIN en régie depuis début janvier 2011, ce qui permet de faciliter le travail de concertation avec les producteurs et grossistes.

Un projet de 91 M€

Le projet présenté par Christian Estrosi prévoit la création d’une plate-forme multi-produits composée de cinq secteurs : fruits&légumes, autres produits alimentaires (frais, congelés et boissons), viandes, produits de la mer enfin, fleurs, plantes &accessoires avec deux carreaux pour les producteurs. Son coût est estimé à 91 M€ dont 70M€ pour la seule plate-forme avec 40 000 m2 de bâti. L’exploitation en régie est la solution retenue par la métropole afin de pouvoir assurer aux grossistes et producteurs, a précisé le président de Nice Côte d’Azur, «  un transfert sans augmentation de coût ».  L’objectif étant de préserver les quelque 1500 emplois des deux MIN niçois (dont le poids économique, 246 M€, les place juste derrière Rungis) et de mettre à disposition des professionnels des installations plus modernes afin d’enrayer la baisse d’activité de ces dernières années .

Le site accueillera également le nouveau siège de la Chambre d’Agriculture et son Creat (Centre de recherches économiques et d’actions techniques), déplacé à l’occasion du transfert. La validation du projet est prévue d’ici à la fin de l’année en cours, le permis de construire sera déposé en 2013 pour un début des travaux en 2014 et une livraison des installations fin 2015.

Ch.N.


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011