ShareThis

Nice : les chefs d’entreprise se mobilisent pour une Nouvelle Ligne Ferroviaire

A l’initiative de la CCI Nice Côte d’Azur, 250 chefs d’entreprise se sont mobilisés hier pour la création d’une Nouvelle Ligne Ferroviaire, en défilant de la gare de Nice Saint Augustin à l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Rencontre avec Pascal Nicoletti, membre élu de la CCI en charge des Transports, afin d’évoquer l’importance de cette mobilisation pour la création d’une nouvelle infrastructure permettant d’une part de relier Nice à Marseille en un peu plus d’une heure, mais aussi de libérer des créneaux horaires sur la ligne actuelle, permettant ainsi la réalisation d’un TER cadencé comme un métro parisien.

250 chefs d'entreprise se sont mobilisés hier pour la création d'une Nouvelle Ligne Ferroviaire

250 chefs d’entreprise se sont mobilisés hier à l’initiative de la CCI Nice Côte d’Azur pour la création d’une Nouvelle Ligne Ferroviaire. Rejoints par quelques élus dont le Président du Conseil Général Eric Ciotti, les patrons azuréens se sont d’abord rassemblés en gare de Nice Saint-Augustin (rebaptisée Nice Aéroport), pour défiler ensuite jusqu’à l’Aéroport Nice Côte d’Azur où ils se sont retrouvés au Centre d’Affaires pour participer à une réunion d’information sur le projet. Un projet qui prévoit la création d’une nouvelle infrastructure ferroviaire dont les travaux débuteraient par le tronçon entre Nice et Le Muy, ainsi que par la réalisation d’une nouvelle gare à Marseille (sous la gare Saint-Charles actuelle) afin d’en finir avec le cul de sac qui handicape la cité phocéenne. Le projet d’une Liaison à Grande Vitesse est aujourd’hui abandonné car irréalisable en raison de son coût, pour laisser place à une ligne rapide qui a le mérite de faire passer le budget de 22 à 15 milliards d’euros.

Un projet qui fait consensus

 Hormis parmi les élus du Var qui semblent ne rien vouloir, ce projet fait aujourd’hui l’objet d’un consensus politique. Patrick Allemand, le 1er vice-Président,  est d’ailleurs venu réaffirmer le soutien de la Région PACA qui défend cette Nouvelle Ligne Ferroviaire susceptible de désenclaver Nice, de mettre Marseille à une heure et quart de Nice contre près de 3 heures actuellement, mais aussi de libérer des créneaux sur la ligne actuelle permettant ainsi la réalisation d’un TER cadencé comme un métro parisien. Fort de cette mobilisation et du soutien politique qu’elle reçoit, le Président de la CCI a bon espoir de convaincre la Commission Mobilité 21, qui doit prochainement sélectionner les infrastructures que l’Etat doit financer, de placer cette Nouvelle Ligne Ferroviaire parmi les investissements prioritaires. Pour un département qui a par le passé déjà plusieurs fois manqué le train de la LGV, il est pour Bernard Kleynhoff impératif de ne pas laisser passer cette dernière occasion et l’échec n’est pas une option.   


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011