ShareThis

Nice-Matin : les projets de reprise finalisés déposés aujourd'hui

Nouvelle étape aujourd'hui pour le groupe Nice-Matin en redressement judiciaire depuis le 27 mai : les dossiers de reprise affinés doivent être déposés ce lundi avant midi, tandis que le Tribunal de commerce annoncerait son choix le 13 octobre. Une échéance importante pour les salariés qui finalisaient ce week-end le financement de leur projet de reprise en SCOP.

Une nouvelle étape aujourd'hui pour Nice-Matin : le dépôt des dossiers de reprise affinés auprès de l'administrateur judiciaire ce lundi, avant midi. A fin juillet, six candidats s'étaient déclarés. On devrait les retrouver aujourd'hui à l'exception de Bruno Ledoux, principal actionnaire de Libération qui, a priori, ne donnerait pas suite. Considéré comme le favori lors de l'annonce des candidatures, le trio constitué du  groupe de presse belge Rossel associé au promoteur monégasque Marzocco et au milliardaire franco- libanais de Mandelieu, Iskandar Safa, aurait amélioré son offre sur le plan social.

Durant l'été, une candidature s'est également renforcée : c'est celle des salariés de Nice-Matin avec leur projet de reprise en SCOP (Société coopérative et participative). Sa grande faiblesse, au départ, tenait dans le financement de l'opération. L'effort des salariés, durant tout l'été, s'est porté sur ce volet. Il s'agit de montrer comment réunir 20 M€ pour crédibiliser leur projet et être à même de financer le plan social négocié par les syndicats au cours de l'hiver (environ 130 départs volontaires prévus) et de faire tourner une société qui compte un peu plus de 1.100 salariés entre le groupe Nice-Matin et ses filiales (Eurosud et Publinice) .

Lors d'une assemblée générale, vendredi après-midi, les syndicats ont estimé qu'ils n'étaient pas loin d'assurer le bouclage. Il ne leur manquerait que 5 à 6 millions d'euros. Grosso modo, 2 M€ sont apportés par les salariés, 1 M€ par l'Union Régionale des SCOP, 6 M€ par un emprunt, tandis que La Provence, dont Bernard Tapie est le principal actionnaire, amènerait de 6 à 8 M€ et monterait à 35% dans le capital, les salariés voulant garder le contrôle avec un minimum de 60% du capital. Ces 5 à 6 millions encore recherchés vendredi, selon ce qui a été dit lors de l'assemblée générale, pourraient être trouvés en s'appuyant sur la richesse foncière du groupe (25,7 millions d'euros).

Quant à l'opération de crowdfunding qui a été lancée au début d'août, elle a montré l'attachement des Azuréens à leur quotidien. Elle a permis non seulement de réunir plus que les 300.000 euros demandés (317.000 € par plus de 2.400 souscripteurs au compteur d'Ulule.com ce matin), mais aussi de contribuer à crédibiliser le projet. A cela, par ailleurs, s'ajoutent les 66.000 euros récoltés samedi à l'occasion de la vente aux enchères d'œuvres et d'objets donnés par les artistes de la région et les grands sportifs. Pas suffisant évidemment pour boucler le financement de reprise, mais de quoi mettre du baume au cœur des salariés.

  • Voir les autres articles sur Nice-Matin, parus sur WebTimeMedias.com : tag Nice-Matin

Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011