ShareThis

Nice-Matin : pas de dénonciation du pacte d'actionnaires pour l'instant

Une semaine après le "clash" du 12 juillet qui a opposé la rédaction de Nice Matin aux "techniques" et "administratifs" du groupe sur le choix du repreneur (Iskandar Safa a été retenu à 60% face à Xavier Niel grand favori de la rédaction), l'incertitude demeure. D'un côté le choix des salariés de la SCIC (la coopérative qui gère le groupe et dispose de 66% des actions) impose une dénonciation du pacte d'actionnaires qui la lie à Néthys et par lequel le groupe belge dispose d'un droit de préemption des actions de la SCIC au 1er février 2020. De l'autre Xavier Niel qui a racheté les parts de Néthys et qui considère l'Assemblée générale des salariés actionnaires de la SCIC comme purement consultative et compte bien faire valoir son droit d'acquérir la totalité des actions.

Voilà pour les deux positions. Sur le terrain, Jean-Marc Pastorino, Pdg de Nice-Matin, a déclaré hier au quotidien "La Tribune" que le pacte d'actionnaires n'avait pas encore été dénoncé et que pour l'instant, aucune action de dénonciation n'était à l'ordre du jour, l'important pour lui étant "de calmer les tensions au sein de l'entreprise". Xavier Niel et son équipe, quant à eux, continuent de développer le "projet 75" (les 75 ans de l'entreprise Nice-Matin et non une opération pilotée de Paris comme certains l'ont laissé entendre). Le fondateur de Free doit ainsi, comme il en a le droit, nommer quatre administrateurs au conseil de Nice-Matin. A suivre.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011