ShareThis

Nice Méridia se précise au Mipim de Cannes

Alors que dans quelques semaines sera donné le coup d'envoi des travaux de construction du premier programme tertiaire (l'immeuble le Crown à gauche sur la photo de home-page), Nice Méridia a présenté ses dernières avancées sur le stand de l'Eco-Vallée au Mipim de Cannes. Au-delà de la vision de cette technopole urbaine dévoilée l'an dernier, des éléments plus concrets sur le Nice d'un futur désormais proche

Devant la grande maquette de Nice Méridia sur le stand de l'EPA Plaine du Var au Mipim, de gauche à droite : Christian Devillers, Christian Estrosi, Christian Tordo, Alain Philip, Véronique Paquis et Rudy Salles.

Formidable vitrine que le MIPIM de Cannes pour tous les grands projets d'aménagement! Toute la planète immobilière est là. Nice, depuis quelques années, vient tout naturellement y présenter les avancées de sa grande opération d'intérêt national : l'EcoVallée. L'an dernier, l'accent était plutôt mis sur le Grand Arénas. Cette fois, c'est la technopole Nice Méridia qui était plus particulièrement sur le devant de la scène.

Un phasage de 2014 à 2030, sur une maquette interactive 3D

Au Mipim 2013, l'architecte urbaniste Christian Devillers, chargé de la maîtrise d'œuvre urbaine dans ce dossier par l'EPA Plaine du Var (l'Etablissement public d'Aménagement) en était encore à une vision assez générale. Hier, au Palais des Festivals de Cannes, lors d'une réunion de présentation sur le stand EPA Eco-Vallée plaine du Var et Métropole Nice Côte d'Azur, Christian Estrosi, président de la Métropole et Christian Devillers, ont pu être plus précis.

Au-delà du concept et des grandes masses, ils sont entrés un peu plus dans le détail, tandis que le futur de tout cet éco-quartier se dessinait à travers de grandes photos de synthèse et une maquette 3D interactive où l'on pouvait découvrir le phasage des constructions, d'aujourd'hui à 2030.

La construction du Crown, l'immeuble d'IBM

Jusqu'à présent, tout au long de la route de Grenoble, rebaptisée avenue du Mercantour, la seule réalisation de ce futur Nice-Méridia était l'immeuble Nice-Premium où sont installés pépinière, CEEI, Ecole de design durable, EcoLab et IMREDD. Dans quelques semaines, un autre immeuble va commencer à surgir en face de lui : le Crown.

La foncière Artea donnera en effet le coup d'envoi des travaux de construction de ce programme tertiaire qui devrait être fini au 4ème trimestre 2015. Au total 11.000 m2 de bureaux qui abriteront entre autres IBM (4.500 m2) et EDF (2.500 m2 envisagés).

Dans la première phase, le campus d'apprentissage

Sur le côté droit de l'avenue, le campus d'apprentissage, grand projet de la CCI Nice Côte d'Azur.

Ce sera le début du déploiement de ce nouveau quartier avec un rythme d'un immeuble par an de l'ordre de 10 à 15.000 m2 pour alimenter régulièrement le marché immobilier. La première phase du projet est programmée le long de l'avenue Simone Veil avec le grand campus de l'apprentissage de la CCI Nice Côte d'Azur proche du commissariat des Moulins, l'installation de l'IMREDD (Institut Méditerranéen du Risque, de l'Environnement et du Développement Durable) dans 4.500 m2. Séquencé jusqu'en 2030, le projet global Nice Méridia vise à la construction de 320.000 m2. Ils viendront s'ajouter aux 70.000 m2 déjà existants et aux bâtiments qui seront restructurés (au total environ 450.000 m2).

Le tout pour un objectif de grande mixité avec des logements, des bureaux, des commerces, des équipements publics, des bâtiments universitaires desservis par le tramway. Une technopole urbaine qui rentre bien dans une tendance forte de regrouper dans un même lieu les multiples besoins de vie : se loger, travailler, étudier, faire du sport, du shopping, se distraire, se déplacer "léger", etc. Toulouse Aerospace (350.000m2 autour des activités aéronautiques) ou Rennes Atalante se retrouvent d'ailleurs dans la même logique, tandis qu'à l'inverse, Sophia Antipolis initialement parti sur un modèle "cluster" type Cambridge, cherche à rentrer de la ville dans son parc technologique.

La restructuration du site de Nice-Matin

On aperçoit, face au Nikaia, le siège de Nice-Matin. Une partie du terrain sera cédé pour des constructions (les immeubles qui l'enserrent sur cette maquette).

Dans la présentation de Nice Méridia, quelques opérations emblématiques sont à noter. Ainsi, la restructuration du siège de Nice-Matin, juste devant le Nikaïa. La vente d'une partie du foncier actuel pour construire tout autour du grand bâtiment de verre permettra entre autres au groupe de financer la restructuration sur place de son site de production.

De même Renault devrait regrouper ses activités en construisant sur une partie de son terrain et rétrocéder le foncier restant à l'EPA Plaine du Var. Concernant la formation, c'est à cet endroit que sera construit prochainement le grand campus d'apprentissage de la CCI Nice Côte d'Azur, tandis qu'est prévue un important pôle de l'Université Nice Sophia.

Première mondiale avec l'expérimentation d'un smart grid à l'échelle de 500.000 m2

Autre opération emblématique : le smart grid. Ce sera la première fois au monde qu'un "réseau électrique intelligent" sera expérimenté à l'échelle d'un quartier de l'ordre de 500.000 m2. Le smart grid de Nice Méridia se développera à mesure de l'avancement des constructions. Du côté des utilisateurs il reposera sur les compteurs intelligents, et sur un réseau de fibre optique pour la connexion. Côté énergie, un agrégateur, via l'informatique, permettra d'assurer la répartition entre les "offreurs" d'énergies renouvelables (les fournisseurs locaux d'énergie solaire ou de co, voir tri génération sont encore à mettre en place) et les utilisateurs.

Rendez-vous au prochain Mipim de Cannes pour un nouveau point sur les avancées de Nice Méridia.


Post new comment

  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Plus d'informations sur les options de formatage

Image CAPTCHA
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011