ShareThis

Nice : une équipe du CNRS vient craquer le "code des odeurs"

Ceux qui s'intéressent aux parfums et arômes dont Grasse est l'un des fiefs, trouveront de quoi enrichir leur connaissance dans ce domaine à travers les travaux d'une équipe de recherche de Nice du CNRS qui vient éclairer l'étrange alchimie des odeurs. Ces travaux, publiés par le site Lejournal.cnrs.fr sous le titre "Craquer le code des odeurs" portent sur la mise au point d'un modèle suffisamment performant pour simuler le comportement d’un récepteur olfactif lors de l’arrivée d'une molécule odorante et pour capturer les changements de structure de ce récepteur.

"Chacun d’entre nous possède environ 400 types de récepteurs olfactifs, certains spécifiques à une molécule odorante, d’autres compatibles avec plusieurs d’entre elles", est-il expliqué. "Alors que, depuis les années 1930, il était établi que l’humain pouvait percevoir environ 10 000 odeurs, une étude publiée dans Science en 2014 suggère que ce sont, au bas mot, 1.000 milliards d’odeurs que nous pourrions distinguer". C'est ce champ immense qu'explore l’équipe niçoise qui travaille depuis près de 8 ans à décoder le mécanisme des molécules odorantes et de leurs récepteurs. Avec un but ultime : simuler l’ensemble de 400 récepteurs olfactifs humain et créer un nez biomimétique inspiré. De quoi concurrencer les célèbres "nez" grassois ?


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011