ShareThis

Peter Pan : un opéra interactif en première mondiale à Cannes

Quand les étudiants du Master Jeux Vidéo de Polytech Nice Sophia viennent se mettre au service du spectacle vivant ! C'est l'une des clés de Peter Pan, un opéra de nouvelle génération monté par Sergio Monterisi, mis en scène par Magali Thomas et présenté en première mondiale dans l'auditorium Debussy (mille places) samedi dans le cadre du Festival des Jeux.

C'est une première mondiale, tout au moins en matière d'opéra nouvelle génération, qui va se jouer samedi au palais des festivals de Cannes, en plein festival des jeux. La première de Peter Pan, dans l'auditorium Debussy, représente non seulement une création mondiale de Sergio Monterisi, mise en scène de Magali Thomas. Mais surtout, c'est le premier opéra utilisant les dernières technologies de pointe et les principes d’interactions du jeu vidéo. Tout en respectant les codes traditionnels du spectacle lyrique, le nouveau concept de Peter Pan, opéra trans-média interactif, instaure un autre rapport du public face à l’opéra. Ainsi le spectateur, grâce à une application téléchargée sur smartphone, peut devenir partie intégrante du spectacle.

Les trois niveaux de l'interaction

Ce n'est pas la seule caractéristique originale de ce grand spectacle. La façon dont il a été créé, monté pas à pas depuis novembre, mérite elle aussi que l'on prête attention. Pour réussir cette interaction entre l'esprit créatif et la technologie, appel a été fait au Master Jeux Vidéo de Polytech Nice Sophia, installé à Cannes et que dirige Thierry Pitarque. Et ce dernier a lui-même fait entrer dans le jeu des start-up de la technopole comme Lucie Lab et ses bracelets lumineux ou de Marseille comme Light4Events.

Ce qu'apporte l'interaction? Elle se joue sur trois niveaux. L'interaction passive avec le spectateur qui reçoit sur son smartphone des effets lumineux et sonores en phase avec les situations scéniques. L'interaction active avec le spectateur qui participe à un jeu vidéo collectif qui s'intègre à deux scènes de l'opéra (attraper la Fée Clochette, éviter planètes et astéroïdes pendant le vol dans l'espace) pour cumuler plus de poudre magique. Troisième niveau, l'interaction entre les artistes et les technologies numériques. Les chanteurs équipés de bracelets Led connectés réagissent aux décors virtuels animés et le chef d'orchestre interagit en temps réel avec les images 3D projetées.

Un spectacle collaboratif dans sa conception

L'aspect collaboratif se retrouve également dans la conception d'un spectacle qui part d'une équipe artistique principale pouvant se déplacer dans chaque ville intéressée par le projet et collaborer avec les écoles de musique, les collèges, les orchestres de jeunes, les techniciens, etc., pour reproduire le spectacle avec les forces vives locales dans les meilleures conditions et ainsi faire vivre toute la communauté autour de Peter Pan.

A Cannes, pour cette première ont ainsi été appelés non seulement les enfants du conservatoire de musique, mais également les élèves de deux collèges de ZEP (Zone d'Education Prioritaire) qui ont pu commencer les répétions en fin d'année dernière avec Magali Thomas. Au total, de quarante à soixante enfants qui se retrouveront sur la scène de Debussy samedi avec l'orchestre Régional Cannes Provence Côte d'Azur et devant un millier de spectateurs.

"Ce que nous avons cherché," explique Thierry Pitarque en tant directeur du Master, "ce n'est pas de transformer l'opéra en jeu vidéo, mais de mettre les techniques du jeu vidéo au service du spectacle vivant. Cette première va nous permettre de voir quelles sont les interactions qui marchent et de mieux relier les deux mondes du créatif et du technique." L'évènementiel cannois et la techno de Sophia main dans la main!

  • Représentations sur invitation samedi 25 février à 14h30 et à 17 heures à l'auditorium Debussy.

Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011