ShareThis

Reconnaissance faciale (Le Figaro) : l'inquiétante expérimentation à Nice

"La décision du maire de Nice Christian Estrosi de tester à Nice des technologies de reconnaissance faciale pendant le carnaval est un symbole fort: celui d'une société qui fera à son tour le choix de la sécurité contre celui de la liberté" : dans sa tribune, publiée par Le Figaro, Olivier Babeau, professeur d'université et président de l'Institut Sapiens ne mâche pas ses mots. Pour lui, l'expérimentation menée à Nice pendant le Carnaval d'une "technologie de reconnaissance faciale par des caméras pilotées par une intelligence artificielle" fait craindre un nouvel assaut contre les libertés, sacrifiées au nom de la sécurité.

Il explique pourquoi avec entre autres des références à la mythologie grecque. "Dans la mythologie, Argos était ce berger aux cent yeux à qui Héra avait pu confier la garde de la pauvre Io transformée en vache. Io, c'est nous. Nul Hermès ne viendra, comme dans le mythe, déjouer la surveillance de l'impitoyable gardien pour nous délivrer".

Pour conclure, là encore sans mâcher ses mots : "paradoxe savoureux, le carnaval est originellement une fête profondément transgressive vouée aux excès, ancrée dans la vieille tradition des dionysies grecques et des (très violentes et meurtrières) lupercales romaines. À Nice désormais, derrière le rictus des masques en carton-pâte, il sera un outil de neutralisation des excès, de castration de la vitalité sociale et d'enfermement hypocrite." Aie! Le débat en tout cas est lancé et argumenté.

Pour rappel, l'Institut Sapiens à Strasbourg est la première Think-Tech française qui vise à replacer l'humain au coeur du numérique : www.institutsapiens.fr


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011