ShareThis

Rencontre Edouard Philippe-David Lisnard : les quatre dossiers abordés

Avenir de Thales Alenia Space dans les Alpes-Maritimes, effectifs policiers notamment en saison estivale, protection de l'Ile Sainte-Marguerite et conflit avec Escota - Vinci autoroutes : ce sont les quatre principaux dossiers qui ont été au cœur de l'entretien que le maire de Cannes David Lisnard a eu hier mardi avec le Premier ministre Edouard Philippe. Un tête à tête qui s'est déroulé sur plus d'une heure à l’hôtel de Matignon à Paris et pour lequel le maire de Cannes a tenu à "remercier le Premier Ministre pour son écoute attentive sur des dossiers dont les enjeux représentent une importance capitale pour le territoire cannois."

Dans un communiqué le maire de Cannes détaille ces dossiers qui ont été abordés.

- La filière spatiale et l’avenir de Thales Alenia Space. Dans les Alpes-Maritimes, Thales Alenia Space est le premier établissement industriel et le premier employeur privé du département. Il est ainsi demandé à ce que l’Etat, en tant qu’actionnaire principal de la TAS (au travers du groupe Thalès dont il détient 25,8 % du capital et qui possède 67% de TAS) fournisse des garanties quant à la pérennité du site ;

- La nécessité que cesse l’affaiblissement des moyens donnés par l’Etat à la Police Nationale dans l’Ouest des Alpes-Maritimes ainsi que le besoin de renforcements à la fois ponctuels, en fonction de l'événementiel, et surtout pérennes, des effectifs policiers notamment pour la saison estivale, période qui voit la population de la ville tripler ;

- La protection de l’île Sainte Marguerite. David Lisnard a réaffirmé sa volonté de poursuivre son action contre la vente – à 2 millions d’euros - par l’Etat de la parcelle de la base nautique du Batéguier dite Pavillon de la chasse pour protéger le contribuable cannois et a ainsi renouvelé sa demande d’une cession à la Ville à l’euro symbolique. Cette parcelle est actuellement occupée par l’association Cannes Jeunesse qui y organise diverses activités pour la jeunesse cannoise à la demande de la Ville ;

- Le conflit avec Escota - Vinci autoroutes. Le maire de Cannes a réitéré sa demande pour que ce concessionnaire de l’Etat assume ses obligations d’investissements et de réalisation de la nouvelle rampe d’accès à l’A8 à la Bocca sans faire payer deux fois les contribuables et automobilistes. En effet, à la suite d’une erreur d’estimation des services d’ESCOTA – VINCI autoroutes, le groupe réclame auprès des collectivités concernées (Conseil Départemental et Mairie de Cannes) un surcoût de 6 millions d’euros par rapport au budget prévu initialement !

Enfin ont également été évoqués d’autres dossiers concernant notamment l’événementiel culturel et les relations financières entre les communes et l’Etat.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011