ShareThis

Safa-Niel : où en est le rachat du groupe Nice-Matin ?

En faisant irruption dans le dossier de rachat de Nice-Matin auprès du groupe belge Nethys, Xavier Niel a surpris tout le monde. Le point sur les réactions cette semaine de la direction du groupe de presse, du candidat déclaré à la reprise, Iskandar Safa et du comité d'entreprise de Nice-Matin.

Rude semaine pour Nice-Matin ! Après presque six mois de brouillard et de silence radio quant à la façon dont son actionnaire Nethys comptait se désengager, les choses se sont singulièrement accélérées cette semaine. Cela à partir d'un coup de théâtre dimanche soir : un communiqué de Xavier Niel annonçant qu'il était, via sa holding personnelle NJJ, en négociations exclusives pour, "dans un délai très court", reprendre "une part majoritaire des 34 % que possède le groupe belge Nethys dans le quotidien".

Affaire conclue ? Manœuvre dilatoire alors que le Tribunal de commerce de Nice venait de confirmer le plan de sauvegarde (Nethys du même coup était obligé de vendre à un repreneur qui se présentait) ? Difficile de le dire. Tout juste, pour éclairer la situation, un point peut-être fait sur les réactions et événements qui cette semaine ont suivi le coup de théâtre de dimanche soir.

Dimanche : le coup de théâtre de Xavier Niel

Cette entrée dans le dossier, personne le l'attendait, ni même ne l'avait envisagé. Elle a pris de court la direction du journal et toute la rédaction. Jamais avant dimanche soir, le nom de Xavier Niel n'était apparu, que ce soit dans une intention, une visite, une déclaration. Un seul candidat s'était officiellement déclaré : Iskandar Safa, propriétaire de "Valeurs actuelles". Déjà candidat (malheureux) en 2014 au rachat du titre, l'homme d'affaires, déjà propriétaire de "Valeurs actuelles" était en négociation depuis quelques mois pour le rachat des parts de Nethys. Il avait discuté avec la direction de Nice-Matin, élaboré un plan de reprise avec des investissements à la clé. Un plan apprécié en interne.

Lundi : l'ultimatum de Privinvest tombe dans le vide

Les négociations avec Nethys avaient achoppé sur le prix de la transaction. Privinvest Medias, le groupe de presse d'Iskandar Safa, proposait 17 M€ et le groupe belge demandait 20,9 M€, le montant de ce qu'il estimait avoir investi dans le quotidien. Un ultimatum avait été aussi lancé : Priminvest acceptait de monter à 20,9 M€, mais la signature devait se faire au plus tard le lundi 17 juin. Passé cette date, il retirait son offre de rachat. L'ultimatum est aussi tombé dans le vide lundi.

Lundi : la direction de Nice-Matin qualifie d'hostile l'annonce de Xavier Niel

Lundi, si l'irruption de Xavier Niel dans le dossier de reprise, a été bien perçu par une partie de la rédaction du quotidien en revanche, la direction n'a pas apprécié et a riposté. Dans un communiqué virulent, elle a qualifié cette annonce d'hostile, n'apportant "aucune solution aux besoins de développement du Groupe Nice-Matin".

Mardi : Iskandar Safa dénonce un "calendrier surprenant"

Mardi, c'est Iskandar Safa qui a riposté à l'offre de Xavier Niel sur le groupe Nice-Matin. Dans un communiqué, il a dénoncé un "calendrier surprenant" et a assuré via sa société Privinvest qu'il restait candidat au rachat. Nethys ayant par son avocat exprimé de faire appel à la décision du Tribunal de Commerce confirmant le plan de sauvegarde, Privinvest "appuiera la direction de Nice Matin dans le cadre du dépôt d'un projet de plan de sauvegarde auprès du tribunal de commerce de Nice." Et de souligner que "si elle venait à être confirmée par Nethys, l'entrée en négociation exclusive avec NJJ porterait un nouveau coup au groupe Nice Matin, à sa SCIC, et surtout aux 800 salariés et à leurs familles, d'autant plus qu'aucun plan de redressement ou projet industriel ne leur a été présenté par NJJ".

Mercredi : le CE de Nice-Matin exige que les offres soient précisées avant le 28 juin

Mercredi, c'est le comité d'entreprise de Nice-Matin, réuni en session extraordinaire, qui a précisé sa position. Il a voté à l'unanimité une motion pour exiger de Xavier Niel et de son concurrent à la reprise du journal, Iskandar Safa, la communication d'éléments précis sur leurs offres avant le 28 juin. Les représentants du personnel sont dans l'attente, avant cette date, "de la présentation du véritable plan de sauvegarde, avec à la clef, les éléments chiffrés de reprise des actifs, du périmètre social de reprise, du maintien de l'emploi, des plans industriels et éditoriaux ainsi que des projets de développement et d'investissement", indique un communiqué. Il est précisé que les 456 salariés actionnaires de SCIC doivent être convoqués le 28 juin pour une assemblée générale programmée le 12 juillet.

Jeudi : Iskandar Safa en négociations exclusives pour entrer au capital...d'Azur TV

Xavier Niel, quant à lui, est resté discret cette semaine. Mais on a appris qu'Iskandar Safa, a défaut d'avoir racheté Nice-Matin dans l'immédiat, est en négociations exclusives pour rentrer au capital d'Azur TV, la télévision locale qui émet sur Nice, Marseille et Toulon. Une offre qui a été préférée à celles de BFM TV et CNews.

  • Voir sur WebTimeMedias.com les précédents articles sur ce sujet : Tag Nice-Matin

Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011