ShareThis

Schéma départemental de coopération intercommunale : l’interview de Francis Lamy

Devant la commission départementale de coopération intercommunale, le Préfet des Alpes-Maritimes a dévoilé vendredi les contours de la future intercommunalité dans le département. Rencontre avec Francis Lamy pour dévoiler son projet qui privilégie la verticalité afin d’assurer une solidarité entre les communes du littoral et celles du haut et moyen pays.

Francis Lamy, le Préfet des Alpes-Maritimes, a présenté vendredi son projet de schéma départemental de coopération intercommunale. Son objectif affiché est de fournir aux citoyens une administration plus simple et plus efficace, capable de rendre de meilleurs services aux moindres coûts. De 14 intercommunalités existantes aujourd’hui dans le département, le Préfet propose de n’en conserver que 6 avec pour ligne de force : la verticalité permettant d’assurer une solidarité entre le littoral riche et urbanisé, et le haut et le moyen pays à l’habitat dispersé et ne disposant pas de ressources fiscales importantes. Par ailleurs, les 18 communes isolées à l’heure actuelle seront rattachées, au 1er janvier 2012, à ces nouvelles intercommunalités, en particulier dans le pays cannois où, jusqu’à présent, l’intercommunalité est restée lettre morte.

Fidèle à son principe de verticalité, Francis Lamy propose d’associer Cannes, Le Cannet, Mandelieu et Mougins, non seulement à la communauté d’agglomération du Pôle Azur Provence, mais aussi aux communautés de communes des Terres de Siagne et des Monts d’Azur. Ce regroupement allant de Théoule à Saint-Auban n’enchantent guère les élus cannois qui privilégiaient un regroupement avec les communes de la CASA, le jugeant plus pertinent en termes administratifs, économiques et touristiques. Bernard Brochand et son équipe sont d’ailleurs bien décidés à utiliser la période de concertation qui s’ouvre jusqu’à la fin de l’année pour tenter d’infléchir la position du Préfet.   


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011