ShareThis

Séminaire Euclid à Nice : ausculter le côté obscur de l'Univers

Notre Univers est en fait composé essentiellement de deux composants mystérieux : l'énergie sombre et la matière noire (elle n'émet pas de lumière). C'est pour en savoir plus qu'a été lancée la mission spatiale Euclid à laquelle des chercheurs niçois participent. Elle fait l'objet d'un séminaire à Nice qui réunira du 26 au 28 novembre une centaine de scientifiques français.

Ausculter le côté obscur de l’Univers : c'est l'objectif du séminaire de la mission spatiale Euclid qui réunira à l'hôtel Saint-Paul à Nice, du 26 au 28 novembre, plus de 100 chercheurs français dont une équipe niçoise très impliquée dans ce programme. Sur ce thème de l'énergie sombre et de la matière noire qui composent en grande partie l'univers, ils échangeront sur les dernières avancées scientifiques, présenteront les travaux de jeunes chercheurs et partageront une expérience art et sciences.

L'observation de plusieurs milliards de galaxies

Euclid est un satellite de l'Agence spatiale Européenne (ESA) dont le lancement est prévu en 2022. La mission de cosmologie pour laquelle il est construit vise à comprendre la source de l'accélération de l'expansion de l'univers et la nature de l'énergie noire et de la gravitation par l'observation de plusieurs milliards de galaxies, retraçant l'histoire de l'univers sur plus de 10 milliards d'année. Cette mission majeure du programme "Cosmic Vision" de l'ESA regroupe environ 1400 chercheurs, ingénieurs et techniciens impliqués dans tous les pays d'Europe, avec une participation des USA et du Canada. Au niveau français, une dizaine de laboratoires soutenus par le CNES constituent le fer de lance du consortium et participent activement à Euclid.

La contribution niçoise

De colossales ressources informatiques seront requises pour l'analyse des données de la mission qui est orchestrée par le Segment Sol Scientifique, comprenant des centaines de scientifiques dans toute l’Europe. Une équipe de chercheurs et d’ingénieurs niçois du Laboratoire Lagrange (OCA, CNRS, UNS) de l’Observatoire de la Côte d’Azur est fortement impliquée dans la préparation scientifique depuis 2011. En particulier, une chercheure niçoise assure la coordination du groupe du Segment Sol dédié aux amas de galaxies, et un ingénieur niçois est responsable de la transcription informatique des codes scientifiques développés pour la détection et l’étude de ces objets. Un chercheur niçois est également responsable du catalogue simulé d’étoiles essentiel pour estimer les performances scientifiques du projet.

Energie sombre et matière noire

Jusqu'à il y a environ trente ans les astronomes pensaient que l'Univers était composé presque entièrement de matière ordinaire : protons, neutrons, électrons et atomes. Aujourd’hui, les scientifiques supposent que cette matière ordinaire ne compose que 5% de l'Univers, et que le bilan masse-énergie de l'Univers est en fait dominé par deux composants mystérieux : l'énergie sombre et la matière noire.

L'énergie sombre, qui rend compte de la grande majorité (69%) de la densité d'énergie de l'Univers, est la cause de l'accélération de l'expansion de l'Univers. L'existence et la gamme d'énergie de l'énergie sombre ne peut pas être expliquée avec nos connaissances actuelles en physique fondamentale. Les 26% de densité d'énergie restant viennent de la matière noire, qui, comme la matière ordinaire, exerce une attraction gravitationnelle, mais contrairement à la matière normale n'émet pas de lumière. La nature de la matière noire est inconnue, bien que plusieurs éléments puissent être prédits. Energie sombre et matière noire posent aussi quelques-unes des plus importantes questions en physique fondamentale. Euclid devrait aussi permettre des avancées dans ce domaine.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011