ShareThis

Solidarité nationale intempéries : le coup de colère d'Eric Ciotti

Le président du Conseil départemental a réagi vivement suite à la visite aujourd'hui de la Secrétaire d'Etat Martine Pinville (commerce, artisanat…), visite qu'il a qualifiée de "stérile". "Aucun arbitrage interministériel n’a été opéré et aucune mesure concrète digne de la tragédie vécue par les Maralpins n’a été présentée" fulmine Eric Ciotti qui a écrit au Président de la République pour rappeler les promesses faites le lendemain des dramatiques inondations.

Président du Conseil départemental, Eric Ciotti a réagi vivement à la visite que la Secrétaire d’État, Martine Pinville, a faite aujourd'hui mercredi dans les Alpes-Maritimes. Dans un communiqué, il exprime "sa très forte déception et sa colère" après une visite qu'il qualifie de stérile. "Suite au drame vécu par les Maralpins lors des intempéries meurtrières de la nuit du 3 au 4 octobre, j’avais officiellement invité Emmanuel Macron, Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique, à se rendre dans les Alpes-Maritimes afin de décider de la mise en œuvre d’un moratoire fiscal et social ainsi que la définition d’un régime d’aides pour accompagner les entreprises à repartir rapidement", explique Eric Ciotti. C'est dans ce contexte qu'est venue Martine Pinville, Emmanuel Macron n'ayant pu se rendre sur place.

Mais apparemment, Martine Pinville est venue les mains vides. "Suite à sa visite, ce mercredi 14 octobre, je déplore et m’indigne devant la légèreté avec laquelle la Secrétaire d’État s’est saisie du dossier", écrit Eric Ciotti. "Aucun arbitrage interministériel n’a été opéré et aucune mesure concrète digne de la tragédie vécue par les Maralpins n’a été présentée. La Secrétaire d’État a tout juste indiqué que le FISAC (Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce) serait mobilisé, dans les conditions de droit commun, en faveur des entreprises des Alpes-Maritimes, sans pour autant être en mesure de préciser dans quelles conditions ce serait le cas".

Et le président du Conseil départemental de rappeler que "lors de leur déplacement dans les Alpes-Maritimes, le dimanche 4 octobre, le Président de la République, François Hollande, et le Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avaient exprimé la solidarité de la nation et avaient assuré d’aider le département financièrement à se relever d’une telle catastrophe. Qu’en est-il à ce jour ? Aucune réponse à la hauteur des événements ne nous a été apporté, aucune enveloppe de solidarité n’a été annoncée."

"J’ai donc décidé de saisir, ce jour, par courrier, le Président de la République car il est grand temps que l’État agisse. La solidarité nationale doit jouer, il en va de sa responsabilité. Si le Président de la République ne donne pas suite, il montrera, une fois encore, que son déplacement dans les Alpes-Maritimes n’était que poudre aux yeux", conclut Eric Ciotti.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011