ShareThis

Sophia : la Fondation GSF Jean-Louis Noisiez sur le terrain de l'Alzheimer

gsffondation_equipe_550.jpg

Légende photo : Jean-Louis Noisiez, le fondateur et actuel Pdg de GSF, entouré de l'équipe médicale de la Fondation.

C'est dans un espace superbe que s'est ouverte en fin d'année 2008 la Fondation GSF Jean-Louis Noisiez, dédiée à l'accueil des personnes atteintes de l'Alzheimer et à la recherche sur cette maladie et ses conséquences. Cette nouvelle fondation a été installée Allée Victor Naudin à l'entrée est de la technopole, dans un bâtiment de 1.500 m2, construit au début des années 2000 par le Dr. Alaa Khashoggi pour sa société Gentech et occupé ensuite pendant un temps par Tx Cell, une autre biotech. Une équipe médicale permanente pluridisciplinaire d'une dizaine de personnes (psychologue, infirmière, ergothérapeute, orthophoniste, psychomotricien, etc.) a commencé ainsi à accueillir à la journée ou à la demi-journée ses premiers patients grâce à cette structure médicalisée qui joue le rôle d'accueil de proximité dans le cadre d'un maintien à domicile.

 

Les trois innovations de la Fondation GSF

 

Dans son fonctionnement, la Fondation GSF innove particulièrement sur trois points : une aide financière pour les patients les plus démunis; la création d'une salle de stimulation multi-sensorielle "Snoezelen"; la mise en place d'un parcours de marche. Une des originalités de la fondation est en effet de pouvoir recevoir des patients aux moyens modestes en leur accordant une aide financière en fonction de leurs revenus. Ainsi les revenus de la personne atteinte de maladie d’Alzheimer seront évalués par le Centre Communal d’Action Sociale (C.C.A.S.) de leur commune de résidence et en fonction du plafond retenu pour l’attribution de l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (A.S.P.A.) tout ou partie du forfait hébergement, habituellement à la charge du patient ou de son entourage, sera pris en charge par la Fondation.

 

D'autre part, l'accueil ne se réduit pas à une "simple garderie". Les patients seront accompagnés en permanence. Ils seront stimulés, participeront à différents ateliers (cognitifs, mémoire, psycho-motricité, cuisine-repas, chant-musique, peinture-dessins, lecture-revue de presse, écriture, poterie, jardinage, gymnastique douce, esthétique). Dans cet objectif a été aménagée une salle de stimulation multi-sensorielle “Snoezelen“, sous la conduite de psychomotriciens, pour offrir des séances de stimulation sensorielles ainsi qu’une relaxation neuromusculaire apportant calme, détente et sérénité.

 

Soulager également les familles des patients

 

Un parcours de marche dans les jardins d’été ou d’hiver permettra aussi d’entraîner les personnes accueillies à une maîtrise de la marche, de l’équilibre et du discernement des obstacles avec des niveaux de difficultés variables. Au total, dans un premier temps, 25 places sont mises à la disposition des patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées pour un accueil de jour à la journée ou à la demi journée, de une à trois fois par semaine.

 

Autre objectif de la Fondation : soulager les familles de ces patients dont la vie est directement marquée par la maladie entraînant une véritable dépendance à l’égard du malade. Ces accompagnants pourront le temps d’une journée disposer de temps libre. Elles pourront aussi participer à des groupes de parole et sortir ainsi de leur isolement.

 

L'histoire de GSF et le mécénat médical intimement liés

 

Comment GSF, cette société de nettoyage industriel, l'une des belles enseignes de Sophia Antipolis, en est-elle venue à créer cette Fondation? A vrai dire, ce n'est pas d'aujourd'hui que GSF, créée en 1963 par Jean-Louis Noisiez et installée à Sophia Antipolis depuis 1978, s'intéresse au mécénat à caractère médical. L’histoire du groupe et le mécénat sont intimement liés. Depuis près de 40 ans, Jean Louis Noisiez veut qu’une partie des résultats de l’entreprise soit dévolue à une mission sociale et médicale. C’est ainsi que dès 1970, GSF verse des fonds à la Fondation de France. Un peu plus tard, après une rencontre avec le Dr Jean-Marie Salvadori, GSF acquiert du matériel médical, notamment dans le domaine de la dialyse et de la réanimation médicale, qu’il met à la disposition de l’Institut Arnault Tzanck.

 

Voici deux ans, avant que GSF ne franchisse le cap des 45 années d’existence, Jean Louis Noisiez décide d’aller plus loin. Confronté au cours de sa vie au drame de la maladie d’Alzheimer, il décide de créer une Fondation pour venir en aide aux malades eux-mêmes mais aussi à leurs familles. Ce sera la Fondation GSF Jean Louis Noisiez. En contact étroit avec le Docteur Jean-Marie Salvadori, il décide la création de cette structure médicalisée destinée aux patients touchés par l'Alzheimer. Une maladie qui présente aujourd'hui un risque majeur en terme de santé publique, compte tenu du vieillissement de la population.

 

L’initiative privée de Jean Louis Noisiez et de GSF vient ainsi renforcer la mobilisation nationale contre la maladie. Avec de plus l'ambition, pourquoi pas, de créer un précédent pour d’autres entreprises.

 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011