ShareThis

Sophia : la mue de Nicox en société spécialisée en ophtalmologie

La biotech sophipolitaine, fondée en 1999 autour des propriétés de l'oxyde nitrique, poursuit à grand pas sa transformation en société internationale spécialisée en ophtalmologie. Elle a finalisé en ce début janvier l'acquisition de l'Italien Eupharmed, et, après avoir engagé en 2013 son déploiement aux Etats-Unis et en Europe, elle compte lancer maintenant une nouvelle gamme de produits oculaires en Europe.

Contribuer à l'amélioration de la vue: c'est désormais le credo de Nicox, la biothech sophipolitaine qui vient d'annoncer la réalisation définitive de l'acquisition de 100% du capital d'Eupharmed. Cette société pharmaceutique italienne privée spécialisée en ophtalmologie lui apporte une plate-forme de ventes et de marketing bien implantée en Italie, de même qu'un vaste portefeuille de produits oculaires commercialisés. Une acquisition qui s'inscrit ainsi dans une stratégie lancée en 2012 pour établir une infrastructure commerciale dans les cinq principaux marchés européens et aux Etats-Unis.

2013, année de transition

Au cours de l'année dernière, Nicox a beaucoup progressé pour sa transformation en une société internationale spécialisée en ophtalmologie, avec une gamme de tests de diagnostic et de produits oculaires commercialisés aux Etats-Unis et en Europe. Durant 2013, qualifiée année de transition, la société a non seulement procédé à l'acquisition d'Eupharmed, mais, à travers la franchise américaine "Nicox Ophthalmics Diagnostics", a également lancé aux Etats-Unis Sjö™, un nouveau test de diagnostic, tandis qu'elle a vu son principal médicament en développement, le latanoprostène bunod, entrer en phase 3 pour le glaucome.

Ce n'est pas fini. Nicox prévoit de continuer à renforcer son portefeuille au travers d’acquisitions et d’accords de prise de licence et de distribution. "L’année 2014 sera marquée par d’autres opportunités intéressantes, dont le lancement d’une nouvelle gamme de produits oculaires en Europe en début d’année", a ajouté Gavin Spencer, Executive Vice President Corporate Development.

A Sophia, le départ d'Eric Castaldi, directeur financier

Autre nouveauté : le repositionnement du naproxcinod, sa molécule phare, qui faute d'avoir été acceptée sur le marché américain en 2010, a obligé le groupe à revoir toute sa stratégie. En octobre 2013, la Commission Européenne a désigné le naproxcinod comme médicament orphelin pour le traitement de la Dystrophie Musculaire de Duchenne. Le naproxcinod est un médicament en développement appartenant à la classe des anti-inflammatoires CINODs (Inhibiteurs de Cyclooxygénase Donneurs d’Oxyde Nitrique). "Des résultats précliniques prometteurs obtenus avec le naproxcinod dans des modèles de dystrophies musculaires ont été présentés lors de plusieurs conférences internationales en 2013", note Nicox.

Et puis des changements organisationnels sont avancés. Au cours de l’année 2013, Nicox a conduit une importante campagne de recrutement au sein de ses filiales américaine et européenne, notamment dans les fonctions suivantes : vente, marketing, affaires médicales et logistique. Aux Etats-Unis, les effectifs de Nicox Inc. s’élevaient à 24 salariés au 31 décembre 2013, contre 11 à la même date en 2012. En Europe, Nicox Pharma comptait 45 salariés à la fin de l’année 2013, alors qu’elle n’en comptait aucun fin 2012.

La société a aussi annoncé le départ d'Eric Castaldi, que la communauté sophipolitaine connait bien. Il quittera "d'un commun accord", ses fonctions de Directeur Financier (Chief Financial Officer) en début d’année 2014. Au cours de ces 15 années à ce poste, il a joué un rôle capital dans l’évolution de Nicox d’une ‘start-up’ à capitaux privés en une société cotée à la Bourse de Paris. Là aussi, avec son départ, une page qui se tourne.


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011