ShareThis

Sophia : l'IPMC fête 30 ans de biologie sur la Riviera

Fondé en 1989 par Michel Lazdunski, l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire fête lundi 4 novembre à l’ETSI son anniversaire à travers une journée scientifique sur le thème de "30 ans de biologie sur la Riviera". Au programme, de multiples interventions éclairant le passé, le présent et le futur de l'Institut ainsi que, cerise sur le gâteau, la présentation par Pascal Barbry du Human Cell Projet, la création d'un Google Maps du corps humain par un collectif international de scientifiques.

C'est l'année des anniversaires à Sophia Antipolis. La technopole continue de fêter ses 50 ans jusqu'à fin décembre, tandis que le CNRS célèbre ses 80 ans. Fondé par Michel Lazdunski en 1989, l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire est quant à lui plus jeune : 30 ans. Un trentième anniversaire qui sera marqué par une journée scientifique spéciale lundi 4 novembre à l’ETSI à Sophia Antipolis. Intitulée "IPMC : 30 years of biology on the Riviera", cette journée du trentenaire réunira environ 250 personnes et rappellera les origines du laboratoire, ses forces actuelles et ses futurs projets.

Passé, présent et surtout futur de l'Institut

L'Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC) fait partie des laboratoires d'excellence qui font la renommée de la technopole. C'est un centre de recherche pluri-thématique en biologie du CNRS et d'Université Côte d'Azur qui, à Sophia Antipolis, bénéficie de la présence des principaux établissements français de recherche dans le domaine des sciences biologiques. Ses 19 équipes de recherche de classe internationale disposent aussi d'un environnement technologique de haut niveau en biologie moléculaire et cellulaire, imagerie, cytométrie, analyse des biomolécules, électrophysiologie, génomique fonctionnelle et biologie intégrative, et pharmacologie.

Au programme de la journée

Le colloque de lundi (tout en anglais) mettra en lumière l’évolution interdisciplinaire de l’IPMC avec les laboratoires collaborateurs d’UCA et en croisant quelques conférenciers de niveau international avec les forces vives du territoire.

Le matin ainsi, deux conférenciers de prestige interviendront : Peter Saint George-Hyslop, Université de Toronto/Université de Cambridge et Brigitte Kieffer, Université McGill Montréal. Le passé de l’IPMC sera illustré ensuite par trois scientifiques issus de l’Institut et exerçant actuellement en France ou à l’étranger.

Le fondateur de l'Institut, Michel Lazdunski (médaille d’or du CNRS) et l’ancien directeur Pascal Barbry ouvriront la session de l'après-midi. Elle sera consacrée au présent (séminaires de chercheurs de l’IPMC dont deux médailles de Bronze CNRS 2019) et au futur (évolutions interdisciplinaires et nouvelles technologies, avec des conférenciers collaborateurs au sein d'Université Côte d'Azur). Avant la conclusion par Jean-Louis Nahon et Florian Lesage, directeur et directeur adjoint de l'IPMC, Pascal Barbry, désormais responsable UCAGenomiX présentera l'un immense projet mondial en cours : l'Human Cell Atlas.

Human Cell Atlas : le Google Maps du corps humain

Mené par un consortium de scientifiques internationaux, il s'agit de cartographier les 100.000 milliards cellules du corps humain et, comme le fait Google Maps pour les éléments géographiques, recenser quelque 300 sortes de cellules que notre organisme contient en tenant compte de leur localisation dans les organes et tissus. Un inventaire vertigineux du corps humain qui cible le système nerveux, la peau, les reins, le système immunitaire ou encore le système respiratoire et qui permettrait de mieux comprendre les processus biologiques humains. Fabuleux challenge dans lequel l'IPMC peut avoir beaucoup de choses à dire. 


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011