ShareThis

Sophia : Teach on Mars lève 7 M€ sur son pari du "mobile first"

La start-up co-fondée en 2013 par Tanguy Deleplanque, Vincent Desnot et Quentin Dérunes a réussi une troisième levée de fonds à 7 M€. Pionnière du mobile learning en France, elle compte ainsi consolider son leadership à l’échelle européenne et partir à la conquête du marché mondial.

Pionnière du mobile learning en France, la start-up Teach on Mars à Sophia annonce aujourd’hui sa troisième levée de fonds d’une valeur de 7 millions d’euros (la dernière en date, de 2,2 M€, est intervenue en mars 2017). Cette nouvelle levée a été réalisée auprès de deux nouveaux investisseurs, Omnes et Région Sud Investissement (géré par Turenne Capital), et de ses investisseurs historiques. Elle va permettre à cette société, qui est l'un des "champions" de la French Tech Côte d'Azur, de poursuivre à la fois son expansion, le développement de partenariats et son programme de recherche & développement. Cela en vue de consolider son leadership à l’échelle européenne et de partir à la conquête du marché mondial. (Photo DR : les trois cofondateurs, de gauche à droite Tanguy Deleplanque, Vincent Desnot et Quentin Dérunes).

L'e-learning entièrement repensé sous l'angle du smart phone

Créée en 2013 par Vincent Desnot, Tanguy Deleplanque et Quentin Dérunes, Teach on Mars a entièrement repensé l’e-learning sous l’angle du smartphone, en développant la toute première plateforme de formation digitale avec une technologie native ”mobile first”. Jouant sur les nouveaux usages des "millenium", Teach on Mars a réussi à faire du smartphone le compagnon d’apprentissage des actifs, en leur permettant de se former n'importe où, n'importe quand et sur n’importe quel device.

Champion européen des plateformes de formation nouvelle génération, la start-up emploie près de 60 collaborateurs, a déjà séduit plus de 100 groupes internationaux, parmi lesquels plus de la moitié des sociétés du CAC 40, ainsi que des organismes de formation de renom. Sa solution est aujourd’hui déployée auprès d’un million d’utilisateurs dans de nombreux secteurs d’activité, principalement le luxe et la banque/ assurance, dans plus de 20 langues à travers plus de 60 pays dans le monde.

Les trois priorités stratégiques

Ce nouveau financement va permettre d’accélérer sa croissance autour de trois priorités stratégiques. La première concerne la poursuite de son expansion commerciale prioritairement en Europe via la constitution d’un réseau de distribution. La deuxième est d’accélérer les partenariats avec des fournisseurs de contenus pédagogiques ”mobile first” pour proposer une offre inédite et très qualitative de contenus multilingues spécifiquement pensés pour un usage mobile. Enfin, l’entreprise compte poursuivre son ambitieux programme de recherche & développement pour cultiver son avance technologique, grâce notamment à la mise au point d’algorithmes basés sur les dernières avancées en intelligence artificielle.

Celles-ci permettent d’abaisser le coût de création et d’indexation du contenu pédagogique et de mieux accompagner la montée en compétence des utilisateurs avec la construction automatique de programmes de formation personnalisés, issus de l’analyse sémantique des besoins et des progrès en temps réel.

"Relever le défi du “permanent learning”

"Après avoir pris de vitesse tous les acteurs de première génération sur le “mobile first” depuis 2013, nous souhaitons aujourd’hui relever le défi du “permanent learning”, note Vincent Desnot, CEO.

"Notre objectif est de proposer un écosystème de formation digitale capable de relier chaque aspect de la vie de l’apprenant à son développement professionnel et personnel. Il est fondamental de permettre aux nouvelles générations de bénéficier d’un apprentissage en continu afin qu’elles puissent conserver leur employabilité. En même temps, il est essentiel qu’une solution de formation digitale permette aux entreprises de véritablement devenir "apprenantes" et de mieux tirer profit du pouvoir de l’intelligence collective".


Crédits Indigen
- Copyrights WebTimeMedias 2011